Crues : 10 jours après, des paysages encore défigurés dans le sud-est

Plus d'une semaine après les intempéries ayant touché l'arrière-pays niçois, les paysages gardent encore les stigmates de ces inondations alors que le bilan des victimes reste provisoire. Plusieurs hameaux sont par ailleurs encore totalement isolés.

Une dizaine de jours après les pluies diluviennes qui se sont abattues sur le département des Alpes-Maritimes, les zones les plus touchées dans l'arrière-pays continuent de panser leurs plaies. Alors que plusieurs routes sont désormais accessibles, la situation demeure compliquée pour plusieurs villages toujours coupés du monde. Le bilan humain continue par ailleurs d'évoluer après la découverte d'un nouveau corps. Au 13 octobre, il faisait ainsi état de 7 morts dont 5 attribués avec certitude aux intempéries et toujours neuf disparus.

Tende est l'un de ces villages si ce n'est le village où les conditions demeurent particulièrement difficiles. Selon le maire de cette commune de 2000 habitants, « l'hélicoptère est toujours le seul moyen pour rejoindre Tende » alors que les deux routes et les ponts qui permettent de quitter le bourg sont fortement endommagés. Par ailleurs, les habitants n'ont pas encore retrouvé l'eau potable, les écoles restent donc fermées, tout comme la plupart des commerces. Les habitants doivent aussi faire face à une autre conséquence dramatique de la tempête Alex : quelque 150 corps du cimetière ont été emportés par la Roya en crue. Plusieurs dizaines de dépouilles se sont ainsi échouées plus bas, dans la vallée.

La Roya fut l'une des vallées les plus touchées par ces intempéries historiques. Outre Tende, le village de Breil-sur-Roya a été également coupé du monde pendant plusieurs jours. Depuis, les autorités ne comptent plus les routes emportées, les ponts détruits, les infrastructures endommagées. Selon les services techniques de la Communauté d'agglomération de la Riviera française (Carf), « plus d'une cinquantaine de brèches ont été dénombrées dans la voirie, soit au au minimum 25 kilomètres de routes et beaucoup d'ouvrages à reconstruire » tout le long de la vallée.

Autre vallée très touchée, la Vésubie tente également de faire face à cette situation de crise. Alors que les intempéries ont coupé Saint-Martin-Vésubie en deux, une passerelle a été aménagée en urgence afin de permettre à tous les sinistrés du village d'avoir accès à des vivres et de leur permettre de retrouver leurs proches. Autre signe de la reprise très progressive de la vie à Saint-Martin, l'école du village a rouvert ses portes lundi matin même si de nombreux élèves manquaient à l'appel, certaines familles ayant fait le choix de quitter la vallée de la Vésubie pour quelques temps au moins.

Bien que moins touché, le littoral des Alpes-Maritimes essaye également de tourner la page en nettoyant ses plages depuis le passage de la tempête Alex. Des milliers de branchages, des morceaux de plastique, des bouteilles de gaz et toutes sortes de déchets se sont amoncelés sur la Côte d'Azur après avoir été charriés par les eaux en crue du Var. Selon les autorités, il faudra plusieurs semaines pour déblayer et nettoyer le littoral aujourd'hui totalement méconnaissable.