Climat : quelles conséquences avec un réchauffement mondial à + 3°C ?

Le monde n'est actuellement pas sur la bonne voie pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. Les températures pourraient en effet augmenter de plus de 3°C d'ici 2100, mais à quoi cela ressemblera-t-il ?

Le monde n'est actuellement pas sur la bonne voie pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C.
Le monde n'est actuellement pas sur la bonne voie pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C.

Au cours des cinq dernières années, la température mondiale la plus chaude jamais enregistrée a été atteinte à deux reprises - en 2016 et 2020. La température moyenne à la surface de la Terre en 2020 était de 1,25°C au-dessus de la moyenne mondiale calculée entre 1850 et 1900, soit avant l'industrialisation et avant le début de l'activité anthropique libérant d'énormes quantités de gaz à effet de serre.

Et c'est aussi seulement 0,25°C en dessous du chiffre de 1,5°C fixé par l'Accord de Paris en 2015, pour limiter la hausse de la température mondiale afin de prévenir, ou du moins d'éviter, certains des impacts les plus nocifs du changement climatique.

Cependant, le monde n'est actuellement pas sur la bonne voie pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C selon la COP26. Les objectifs annoncés à Paris entraîneraient un réchauffement bien supérieur à 3°C d'ici 2100 par rapport aux niveaux préindustriels. Si nous continuons comme actuellement, les températures continueront d'augmenter, entraînant encore plus d'inondations catastrophiques, d'incendies de forêt, de conditions météorologiques extrêmes et de destruction d'espèces.

Un réchauffement différent pour tout le monde

Peu importe à quel point le monde se réchauffe, ce ne sera pas le même pour tout le monde. Des recherches antérieures utilisant des modèles climatiques suggèrent que l'Arctique, le centre du Brésil, le bassin méditerranéen et le continent américain se réchaufferont beaucoup plus que la moyenne mondiale. Mais qu'est ce que cela veut dire ?

Les projections climatiques outre-Manche suggèrent qu'un réchauffement de 4°C pourrait porter des températures à 43°C à Cambridge.

« Les statistiques sur les températures moyennes mondiales et les points chauds régionaux sont des concepts abstraits – utiles pour les décideurs politiques, mais pas quelque chose que tout le monde peut réellement ressentir », explique le professeur Robert Wilby, expert en modélisation hydroclimatique à l'Université de Loughborough.

« De plus, les projections de température des modèles climatiques mondiaux concernent généralement des paysages sauvages ou agricoles, en moyenne sur des dizaines à des centaines de kilomètres carrés. Ces projections sont très éloignées des conditions qui seront rencontrées dans les rues de la ville, à l'intérieur des lieux de travail, des espaces publics et de nos maisons. Mais ce sont les endroits où la santé, le confort et la productivité seront décidés pendant les vagues de chaleur plus intenses qu'apportera le changement climatique. »

Wilby ajoute que les analyses du Met Office britannique suggèrent que des températures mondiales supérieures de 4°C aux niveaux préindustriels pourraient être atteintes dès les années 2060. « Les projections climatiques outre-Manche suggèrent que 4°C de réchauffement climatique pourraient apporter des températures à 43°C à Cambridge », dit-il. Mais cette projection pour la journée d'été la plus chaude pour Cambridge dans les années 2060 impliquait de régler les modèles climatiques avec les températures moyennes des stations météorologiques.

Des températures de 43°C à Cambridge seraient une réalité sous 4°C de réchauffement climatique.
Des températures de 43°C à Cambridge seraient une réalité sous 4°C de réchauffement climatique.

« Ceux-ci ont tendance à être situés loin des sources de chaleur artificielles et souvent dans des zones avec de l'herbe et de la végétation », ajoute Wilby. « Les surfaces asphaltées et les centres-villes à haute densité sont généralement plus chauds de plusieurs degrés et se comportent très différemment des stations météorologiques rurales. »

Ainsi, ce qui ressemble à 4°C dans une zone peut sembler plus chaud ailleurs. Les modèles climatiques ont tendance à simuler les températures des zones urbaines, en lissant les pics et les creux de chaque jour. Ils ignorent également les mesures prises par les villes pour s'adapter à la hausse des températures, telles que l'augmentation des espaces verts ou des toits réfléchissants. Les variations complexes de température entre les rues ne sont toujours pas résolues, ce qui signifie que même les modèles de pointe sous-estiment probablement la véritable gravité du réchauffement futur dans les zones urbaines.