tameteo.com

Vésuve : la date de l'éruption qui a détruit Pompéi a été révélée !

Une nouvelle étude a permis de déterminer la date exacte de l'éruption du Vésuve qui a enseveli Pompéi, Herculanum et d'autres villes de la Rome antique. La date du 24-25 août 79 après J.-C. n'est pas exacte, voici pourquoi !

Pompéi
La ville romaine de Pompéi a été ensevelie par l'éruption du Vésuve en l'an 79 de notre ère.

Selon la célèbre lettre de Pline le Jeune à Tacite, l'éruption du Vésuve qui a détruit Pompéi, Herculanum, Stabia et Oplontis, dans la région de l'actuelle ville métropolitaine de Naples, s'est produite entre le 24 et le 25 août 79 après Jésus-Christ. Près de 2 000 ans après l'épisode qui a détruit une grande partie de la région et des villes environnantes, une équipe internationale de chercheurs est parvenue à la conclusion que la véritable date est autre.

L'étude intitulée "The 79 CE eruption of Vesuvius : a lesson from the past and the need for a multidisciplinary approach for developments in volcanology", récemment publiée dans la prestigieuse revue "Earth-Science Reviews", a ré-analysé l'événement pour offrir un plan complet de l'état des connaissances sur l'éruption la plus célèbre de l'histoire, en partant de la date réelle à laquelle elle s'est produite.

L'intégration des études de terrain, des analyses de laboratoire et de la relecture des sources historiques a permis de suivre dans le temps toutes les phases de l'éruption, de la chambre magmatique au dépôt de cendres dans des zones aussi éloignées que le Vésuve, en retrouvant des traces jusqu'en Grèce.

La date réelle de l'éruption du Vésuve en 79 après Jésus-Christ.

"Notre travail examine différents aspects de l'éruption de 79 après J.-C. avec une approche large et multidisciplinaire, intégrant des données historiques, stratigraphiques, sédimentologiques, pétrologiques, géophysiques, paléoclimatiques et de modélisation sur les processus magmatiques et éruptifs de l'un des événements les plus célèbres et les plus dévastateurs qui ont affecté la zone volcanique napolitaine", explique Mauro A. Di Vito, volcanologue de l'INGV et coordinateur de l'étude.

L'article commence par redéfinir la date de l'éruption, qui se serait produite à l'automne de l'an 79 et non le 24 août comme on l'a supposé par le passé, et se poursuit par l'analyse volcanologique de sites situés à proximité du volcan, puis se déplace progressivement à des milliers de kilomètres de là, où des traces de l'éruption ont été trouvées sous la forme de cendres fines".

"Depuis le XIIIe siècle, la date du 24 août fait l'objet d'un débat entre historiens, archéologues et géologues car elle est incongrue avec de nombreux éléments de preuve".

"Depuis le 13e siècle, la date du 24 août fait l'objet d'un débat entre historiens, archéologues et géologues car elle est incongrue avec de nombreux éléments de preuve", explique Biagio Giaccio, chercheur à l'Igag-Cnr et co-auteur de l'article. "Comme, par exemple, les découvertes à Pompéi de fruits typiquement automnaux ou les lourdes tuniques portées par les habitants, qui ne cadrent pas bien avec la date des 24-25 août", ajoute Giaccio.

Cependant, la preuve définitive de l'inexactitude de cette date n'est apparue qu'il y a quelques années. "Une inscription au charbon de bois sur le mur d'un bâtiment de Pompéi, qui se traduit par 'Le seizième jour avant les calendes de novembre, il s'est livré à une alimentation immodérée', indique que l'éruption a certainement eu lieu après le 17 octobre", poursuit Giaccio.

éruption
Herculanum est l'autre ville romaine qui a été ensevelie suite à l'éruption du Vésuve.

La date la plus populaire est le 24-25 octobre

Ces recherches ont ensuite été complétées par l'évaluation quantitative de l'impact des différentes phases d'éruption sur les zones et les sites archéologiques proches du volcan. "L'esprit de notre travail était de comprendre comment un événement du passé peut représenter une fenêtre sur l'avenir, ouvrant de nouvelles perspectives pour l'étude d'événements similaires qui pourraient se produire demain", poursuit Domenico Doronzo, volcanologue à l'INGV et co-auteur de la recherche.

L'étude, récemment publiée dans la prestigieuse revue "Earth-Science Reviews", a été menée par l'Institut national de géophysique et de volcanologie (INGV) en collaboration avec l'Institut de géologie environnementale et de géo-ingénierie du Conseil national de la recherche (IGAG-CNR), le Centre interdépartemental pour l'étude des effets du changement climatique (CIRSEC) et le département des sciences de la terre de l'université de Pise, le Laboratoire Magmas et Volcans de Clermont-Ferrand (LMV) en France et l'école d'ingénierie et de sciences physiques (EPS) de l'université Heriot-Watt d'Édimbourg au Royaume-Uni.

La recherche a été menée dans le cadre du projet de recherche "Dynamic Planet" financé par INGV. Les résultats de cette étude ont été salués par d'authentiques icônes de la volcanologie mondiale comme Raymond Cas, professeur émérite à l'école de la Terre, de l'atmosphère et de l'environnement de l'université Monash (Australie).

"L'éruption du Vésuve en 79 après J.-C. est l'une des plus emblématiques dans le domaine de la volcanologie physique", a déclaré le célèbre chercheur australien. "Les observations de cette éruption, ainsi que les innombrables études sur les dépôts et l'interprétation des processus éruptifs, sont à la base de nombreux concepts et de la compréhension des mécanismes des éruptions explosives dans la volcanologie moderne". Un examen de ce que l'on sait de l'éruption et de ses dépôts est donc très important pour les volcanologues et justifie un document complet et articulé tel que cet article."