tameteo.com

L'élévation du niveau de la mer pas aussi catastrophique que prévu ?

Une nouvelle enquête de l'Université d'Aveiro a intégré, pour la première fois, des modèles numériques de haute résolution spatiale et adaptés à chaque endroit pour conclure que le niveau de l'eau va monter, oui, mais peut être pas autant qu'envisagé initialement.

Cette étude donne un aperçu des mécanismes physiques qui déterminent l'étendue des inondations dans les estuaires aux caractéristiques géomorphologiques distinctes.
Cette étude donne un aperçu des mécanismes physiques qui déterminent l'étendue des inondations dans les estuaires aux caractéristiques géomorphologiques distinctes.

Une nouvelle étude de l'Université d'Aveiro (UA) indique que les nouvelles concernant l'impact de l'élévation du niveau moyen de la mer due au changement climatique dans les principaux estuaires du pays sont sans doute exagérées. Praça do Comércio, Algés et Vila Franca de Xira sous l'eau ? Marginal de Figueira da Foz inondé ? Aveiro, Tróia et tout le littoral de l'Algarve submergés ? Tout cela est exagéré, conclut cette étude.

Les chercheurs prévoient que d'ici 2055, environ 66 km² de zones agricoles et de pâturages portugais seront inondées. En 2100, cette surface atteindra 95 km². Compte tenu de la densité de population, on estime que plus de 6500 personnes pourraient être affectées par la montée des eaux de l'estuaire du Tage en 2055. D'ici 2100, le nombre de personnes affectées dépassera 12500.

De même, en ce qui concerne les zones urbaines, dans la Ria de Aveiro (6,4 km² de zone inondée en 2055 et 8 km² jusqu'en 2100), à l'embouchure du Mondego (1,4 km² en 2055 et 1,7 km² jusqu'en 2100), dans l'estuaire du Sado (5,6 km² en 2055 et 6,7 km² jusqu'en 2100) et dans la Ria Formosa (3,6 km² en 2055 et 4,4 km² jusqu'en 2100) les chiffres ne sont pas alarmants, malgré tous les dégâts résultant de la perte de territoire.

Qu'est-ce qui contribue à l'élévation du niveau de la mer ?

La valeur du niveau d'eau maximal dans les estuaires, dérivée de l'élévation du niveau moyen de la mer due au changement climatique, dépend de plusieurs facteurs. Si le niveau moyen de la mer monte d'un demi-mètre, par exemple, cela n'implique pas nécessairement une hausse d'un demi-mètre du niveau d'eau maximal dans tout l'estuaire.

"Les prévisions d'inondations dans les estuaires nationaux qui ont été publiées dans les médias sont exagérées et considérablement supérieures à celles obtenues dans cette étude, car elles proviennent de travaux qui ne tiennent pas compte des processus physiques qui déterminent la propagation de l'onde de crue le long des estuaires", clarifie le rapport.chercheur au Centre d'études environnementales et marines (CESAM) et au Département de physique (DFis), João Miguel Dias, l'un des auteurs de l'étude, publiée dans Scientific Reports.

Dans cette étude, précise Carina Lopes, l'une des auteures, « nous avons constaté que l'énergie de l'onde de crue est fortement dissipée lors de l'inondation des plaines intertidales et alluviales, et que cette dissipation se traduit par une diminution du niveau d'eau maximal, et par conséquent dans l'étendue de la crue ». Ce mécanisme est particulièrement important dans la Ria de Aveiro et dans les estuaires du Tage et du Mondego, qui ont de vastes plaines de marée et alluviales.

Les chercheurs de l'UA ont également vérifié que "l'onde de crue est amplifiée dans les régions en amont de l'entrée des estuaires du Tage et du Sado, en raison de leur configuration géométrique divergente".

Bien qu'une augmentation du niveau moyen de la mer soit inévitable, les prévisions faites jusqu'à présent tendent à être alarmistes. Cette nouvelle étude UA utilise de nouvelles données qui donnent une nouvelle perspective à cette augmentation.

Cependant, « cette amplification ne se traduit pas par une augmentation de la surface inondée, puisque les régions adjacentes à l'entrée de ces estuaires ont des niveaux relativement élevés ». Pour toutes ces raisons, « nous concluons que les modèles d'inondation simplifiés projettent des extensions d'inondation particulièrement exagérées dans la Ria de Aveiro et dans les estuaires du Mondego et du Tejo ».