tameteo.com

Si les humains disparaissaient, quelle espèce gouvernerait le monde ?

Si, pour une raison ou une autre, les humains devaient disparaître de la surface de la Terre, quelles espèces seraient en mesure de "dominer" la planète et quelles autres ne le pourraient pas ? Nous vous le disons.

dinosaure eau ours humains évolution évolution extinction fourmis
L'évolution est une chose très difficile à prévoir. Crédits : Luis De Luca.

Nous savons que la vie sur Terre est possible telle que nous la connaissons grâce à de multiples facteurs physico-chimiques qui se sont combinés positivement : la distance précise par rapport à notre Soleil, la taille de la Terre, sa gravité, la présence d'eau et d'une atmosphère terrestre protectrice avec juste la bonne densité et une composition idéale riche en ozone et en oxygène, entre autres.

L'âge de notre planète est estimé à environ 4,57 milliards d'années, mais à l'origine, la vie sur celle-ci n'était pas possible étant donné l'environnement (température et type d'atmosphère) totalement incompatible avec le développement et l'évolution des molécules biologiques. Selon les recherches, on estime qu'il y a environ 3 850 millions d'années, les conditions sur Terre ont commencé à être favorables à la vie sur Terre.

De nombreuses espèces animales et végétales ont évolué, et d'autres ont disparu dans des extinctions massives au cours des ères géologiques. En particulier, l'espèce humaine a évolué à partir d'autres espèces non humaines, et pour reconstituer notre histoire biologique, nous avons besoin de la paléontologie, de la biogéographie, de l'anthropologie, de la biologie moléculaire et d'autres sciences.

espèces dominantes extinction humains dinosaures eau ours singes animaux fourmis
La cinquième grande extinction a anéanti les dinosaures et 75 % de toute vie sur Terre il y a 66 millions d'années.

Notre Soleil (actuellement une étoile naine jaune), deviendra une géante rouge dans 5 milliards d'années, augmentant en taille et en luminosité, et cette augmentation incessante mettra fin à la "vie sur Terre". Mais que se passerait-il si, pour une raison quelconque, avant la mort de notre étoile, nous, les humains, disparaissions avant la plupart des êtres que nous connaissons ?

Espèces "dominantes"

L'extinction de l'homme entraînerait des changements fondamentaux de la Terre et de son environnement, comme l'histoire nous l'a déjà montré avec d'autres espèces. De nombreux auteurs ont dressé des listes d'espèces candidates pour être la "nouvelle espèce dominante" (rats, cafards, dauphins, tardigrades, cochons, fourmis, baleines, chauves-souris, etc.), avec des critères de sélection différents, mais qu'entendons-nous par "dominante" ?

Eh bien, si nous nous limitons au règne animal, le monde a toujours été dominé par les bactéries, même si "l'âge des bactéries" s'est terminé il y a environ 1,2 milliard d'années, non pas parce que les bactéries ont perdu leur prédominance, mais parce que nous, les humains, avons tendance à classer les grands organismes multicellulaires comme "espèces dominantes".

extinction massive dinosaures singes fourmis eau ours êtres humains
Les singes ne seraient pas l'espèce candidate pour devenir les nouveaux "dominants", car ils seraient plus susceptibles de s'éteindre avant nous, ou du moins à égalité avec nous.

Notre grand narcissisme nous fait nous auto-désigner comme l'espèce dominante, mais nous ne le sommes pas. Quatre animaux sur cinq sont des nématodes (un type de ver microscopique), il est donc plus que clair, à partir de cet exemple, que ni la prévalence, ni la quantité, ni la diversité ne sont essentielles pour que nous puissions parler de "vie dominante".

Les écologistes soutiennent que, sans la présence de prédateurs supérieurs (les humains), la Terre est susceptible de prospérer comme jamais auparavant après notre extinction.

L'espèce humaine a tellement bien réussi cette conquête destructrice que de nombreux scientifiques pensent que nous sommes sur la voie de la sixième grande extinction (il y en a eu cinq auparavant, la dernière ayant anéanti les dinosaures et 75 % de toute vie sur Terre il y a 66 millions d'années).

La planète des singes

Vous vous souvenez peut-être du film "La planète des singes", dans lequel la nouvelle espèce dominante était attribuée à nos "proches parents", suggérant que les primates pourraient développer la parole et adopter notre technologie si nous leur donnions suffisamment de temps et d'espace. Mais cette option ne serait pas la meilleure, car il serait plus probable que les singes s'éteignent avant nous ou au moins à égalité avec nous, car toute crise qui anéantirait les humains serait également dangereuse pour les organismes ayant des besoins physiologiques de base similaires à ceux des singes.

La nouvelle espèce dominante

Selon l'article publié dans The Conversation, le professeur de sciences biologiques Luc Bussiere de l'université de Stirling, en Écosse, de toutes les espèces qui ont théoriquement été des animaux dominants à un moment ou à un autre, les humains sont les seuls à posséder une intelligence et une dextérité manuelle exceptionnelles.

Il devrait être clair que l'évolution ne favorise pas l'intelligence en soi, sauf si elle conduit à un niveau plus élevé de survie et de reproduction. C'est donc une grave erreur de penser que nos successeurs seront des êtres particulièrement intelligents, sociaux, capables de parler ou adeptes de la technologie.

Alors qui nous remplacera en tant qu'espèce dominante ? Bien que la réponse soit décevante, nous ne savons pas exactement ce qu'ils pourraient être, mais Bussière indique que nous pouvons être à peu près sûrs qu'il ne s'agira pas d'un chimpanzé parlant 50 millions d'années après l'extinction de l'homme.

évolution évolution des êtres humains animaux futurs dinosaure eau ours fourmi
Le géologue écossais Dougal Dixon a publié en 1981 le livre "After Man : A Zoology of the Future".

Il n'est pas exclu que les fourmis reprennent la domination de la Terre, elles ont d'ailleurs fait l'objet de spéculations dans diverses analyses, mais il nous est impossible de savoir à quoi ressembleront ces fourmis dominantes, descendantes des fourmis actuelles.

De même, lorsque le géologue écossais Dougal Dixon a publié en 1981 son livre "After Man : A Zoology of the Future", dans lequel il décrit les espèces dominantes du futur et montre des illustrations de leur morphologie possible, ces chauves-souris d'un mètre et demi de long, par exemple, pourraient constituer pour nous aujourd'hui une histoire de science-fiction.

Le fait est qu'au vu de l'histoire, par exemple, les petites créatures qui vivaient avec les dinosaures et ont réussi à survivre à la fin de la période du Crétacé ne ressemblaient à aucune espèce connue aujourd'hui. Une chose sur laquelle tous les scientifiques s'accordent est que l'évolution est très difficile à prévoir.