Un coup de froid reste-t-il possible en deuxième quinzaine de mars ?

Alors que le printemps météorologique a débuté il y a une douzaine de jours, le risque de connaître des conditions hivernales a-t-il disparu ? Ou au contraire, un coup de froid reste-t-il possible d'ici la fin du mois ?

Le mois de mars est arrivé, avec lui les jours qui rallongent, les fleurs et les bourgeons dans les arbres et l'envie de ressortir profiter des parcs et jardins. Bref, le printemps s'installe petit à petit mais l'hiver a-t-il dit pour autant son dernier mot ? Comme à chaque intersaison - que sont le printemps et l'automne - et en particulier en début de période, tous les types de temps sont possibles. Ainsi, des vagues de douceur peuvent s'inviter précocement, comme ce fut le cas à la fin du mois de février, tandis que des coups de froid voire des vagues de froid peuvent encore se manifester et parfois surprendre les jardiniers...

Vague de froid en 1ère quinzaine, simple coup de froid ensuite

Avec des nuits de plus en plus courtes et près de 2 heures de durée d'ensoleillement gagnées entre la mi-février et la mi-mars mais aussi des températures moyennes en nette progression avec 3°C de plus en l'espace d'un mois, le risque de connaître une vague de froid diminue de jour en jour en mars. La probabilité de vivre "une période suffisamment longue avec un mercure largement inférieur aux normales et sur une étendue géographique importante" (définition de la vague de froid) en deuxième quinzaine devient même quasiment nulle. Et c'est encore plus le cas aujourd'hui, dans un contexte de réchauffement climatique avec des températures en hausse constante depuis la fin du XXème siècle.

En 2ème quinzaine de mars, il s'agit plutôt de coups de froid souvent moins étendus, moins durables et moins intenses que les vagues de froid.

Par le passé, l'hiver a toutefois pu faire des retours remarqués à cette période de l'année avec quelques vagues de froid en début de mois et de simples coups de froid ensuite, ce risque se prolongeant d'ailleurs en avril et même parfois jusqu'au début du mois de mai. La dernière véritable vague remonte à mars 2013 avec un froid vif et d'importantes chutes de neige dans la moitié nord entre le 10 et 15. Les cumuls sont parfois impressionnants avec jusqu'à 60 cm relevés en Normandie tandis que le mercure s'abaisse régulièrement en dessous des -10 voire des -15°C sous abri.

Autres exemples : autour du 10 mars 2010, c'est cette fois dans le sud que l'hiver fait un retour tonitruant avec de 40 à 70 cm dans les plaines du Languedoc-Roussillon. Début mars 2005, un froid vif enveloppe tout le pays avec de nombreux records mensuels battus au matin du 1er. Enfin, une vague de froid exceptionnelle est observée en première décade mars 1971 avec de la neige dans de nombreuses régions, y compris sur la Côte-d'Azur et des températures souvent autour de -10°C !

En deuxième quinzaine, il s'agit plutôt de "coups de froid" souvent moins étendus, moins durables et moins intenses que les vagues de froid. Ainsi, en mars 2008, l'hiver qui s'était montré très discret jusque-là, s'invite dans de nombreuses régions à partir du 21 avec des chutes de neige de la Normandie aux Alpes et à l'Occitanie, en passant par l'Île-de-France. Des journées sans dégel sont même observées dans le nord-est les 23 et 24, constituant des records pour la période. Même constat en 1996 avec une période particulièrement froide en fin de mois.

Nouvelle baisse des températures la semaine prochaine

Après le retour de la douceur en cette fin de semaine sous l'influence d'un flux océanique perturbé, un nouveau changement de temps se dessine pour la semaine prochaine avec l'anticyclone des Açores qui va regonfler tout en étendant son champ d'action jusqu'en mer du Nord. Ainsi, une météo plus stable fera son retour mais surtout, les températures repartiront à la baisse avec un flux s'orientant au secteur nord. En fin de semaine et le week-end prochain, le vent tournera même à l'est-nord-est. Dans ces conditions, le mercure repassera en dessous des normales de saison avec de fréquentes gelées matinales et des températures maximales à la traîne malgré un ensoleillement généreux.

Le ressenti sera par ailleurs glacial dans certaines régions du nord et de l'est en raison de la bise, ce vent continental, qui soufflera modérément et qui accentuera la sensation de froid. Hasard du calendrier, les thermomètres afficheront des valeurs particulièrement hivernales au moment où le changement de saison astronomique interviendra (à ne pas confondre avec les saisons météorologiques), avec l'arrivée officielle du printemps le samedi 20 mars à 10h37 précises !