Qu'est-ce qu'un "temps de Toussaint" ?

En automne et parfois même au-delà, l'expression un "vrai temps de Toussaint"revient régulièrement dans les conversations de tous les jours pour définir une météo maussade avec de la pluie, du vent ou de la fraîcheur... Mais d'où vient-elle ?

Les nuages et la pluie dominent souvent à cette période de l'année, en particulier lors des situations de flux océaniques.
Les nuages et la pluie dominent souvent à cette période de l'année, en particulier lors des situations de flux océaniques.

Si la fin du mois d'octobre est synonyme de vacances pour plus de 12 millions d'élèves, elle se caractérise aussi par des durées d'ensoleillement qui diminuent fortement et donc des journées de plus en plus courtes. Mais aussi par des nuages et des pluies de plus en plus fréquents ainsi que par le fameux et controversé changement d'heure, le passage à l'heure d'hiver ayant eu lieu dimanche dernier. Elle correspond aussi au milieu de la saison automnale avec en ligne de mire le solstice d'hiver qui se produira dans une cinquantaine de jours.

La Toussaint est aussi une période assez sombre d'un point de vue spirituel, la date du 1er novembre correspondant à une fête catholique où l'on commémore les défunts des familles. L'expression associée est ainsi l'illustration parfaite d'un régime de temps maussade et perturbé à nos latitudes avec la succession de fronts pluvieux venus de l'océan. C'est lui qui domine généralement au cours du trimestre septembre-octobre-novembre mais d'autres types de temps sont également possibles. Certains font d'ailleurs partie intégrante de climats locaux, à l'image de celui des régions méditerranéennes.

2 types de flux possibles : zonal ou méridien

Statistiquement, ce sont donc les nuages et la couleur grise qui dominent sur les trois quarts du pays autour de la Toussaint et plus largement une grande partie de l'automne. Lorsque le flux est orienté à l'ouest ou au sud-ouest, il est alors qualifié de "zonal" par les météorologues. Outre un ciel chargé, il apporte également des pluies parfois copieuses et une certaine douceur liée au célèbre "Gulf Stream", ce courant d'altitude qui traverse l'Atlantique et limite la baisse des températures sur l'Europe occidentale.

Un autre type de flux, appelé méridien celui-ci, peut également se mettre en place même si celui-ci s'avère moins fréquent. Il faut alors un puissant anticyclone se positionnant sur le Proche Atlantique ou alors sur l'Europe centrale. Dans le premier cas, c'est un vent de nord qui soufflera sur le pays alors que dans le second, il s'orientera au secteur sud avec des conséquences évidemment totalement différentes sur le niveau des températures. En revanche, pour ces deux situations, c'est un temps généralement sec et ensoleillé qui dominera dans la plupart des régions, avec une exception pour le sud-est du pays.

Les régions méditerranéennes, un climat à part

Ces régions proches de la Grande Bleue ne bénéficient pas tout à fait du même climat. Si dans l'ouest et le nord du pays, l'influence océanique est clairement établie, le temps est différent dans le sud-est. Lorsque le flux est orienté à l'ouest ou au sud-est, ces régions sont abritées par les reliefs des Pyrénées, du Massif Central et des Alpes, leur permettant ainsi de conserver un temps ensoleillé, parfois sous l'effet du mistral et de la tramontane canalisés par les vallées de la Garonne et du Rhône.

En revanche, les conséquences ne sont pas les mêmes lorsqu'il s'agit d'un flux méridien. Quand il vient du nord, le vent souffle violemment et dégage ainsi le ciel. Ces situations sont propices aux tempêtes de mistral et de tramontane. À l'inverse, le flux de sud apporte généralement à cette période de l'année des pluies dans ces régions. Elles peuvent s'avérer particulièrement intenses et être à l'origine de crues éclair, c'est comme cela que se mettent en place des épisodes cévenols ou plus largement méditerranéens.

Des dernières chaleurs aux premiers flocons de neige !

Si les statistiques peuvent renseigner sur le climat d'une manière générale, sa variabilité permet aussi de connaître des conditions parfois plus extrêmes. Ainsi, entre le 31 octobre et le 1er novembre 2014, un air d'été flottait alors sur le pays avec jusqu'à 24°C relevés sur la côte normande, 25°C en Auvergne et vers le val de Loire et entre 26 et 30°C du littoral atlantique à l'intérieur du sud-ouest. Les thermomètres du bassin d'Arcachon ont même frôlé les 31°C au plus chaud de la journée !

Un air d'été indien peut parfois flotter à la Toussaint, comme en 2014 où les 30°C ont été localement atteints !
Un air d'été indien peut parfois flotter à la Toussaint, comme en 2014 où les 30°C ont été localement atteints !

À l'inverse, les premiers coups de froid sévère de la saison peuvent aussi se manifester, comme en 1966 où le mercure s'abaissa jusqu'à -6°C à Strasbourg pour ne pas dépasser le 0°C l'après-midi. Des flocons de neige ont même pu virevolter dans le ciel du Poitou, d'Île-de-France et des régions centrales. En Méditerranée, des épisodes d'intempéries se produisent également de temps en temps à la Toussaint, comme ce fut le cas en 2011 ou en 2008 sur les départements cévenols.