Nouvelle hauteur de l'Everest : y aura-t-il des surprises ?

Les scientifiques ont décidé de réévaluer la hauteur du mont Everest. Après le tremblement de terre de 2015 au Népal, on estime qu'il y aura des changements dans la magnitude et la position du point culminant, considérée, jusqu'à présent, comme la plus élevée du monde.

Le mont Everest pourrait nous surprendre par sa hauteur dans les prochains jours.
Le mont Everest pourrait nous surprendre par sa hauteur dans les prochains jours.

Après des années de controverse, le Népal et la Chine acceptent enfin de se rencontrer et de discuter de la nouvelle hauteur du mont Everest. Des mesures, récemment effectuées par les deux parties, nous permettront de le savoir exactement dans les prochains jours. Auparavant, la Chine estimait une hauteur de 8 844 m, sans tenir compte de la couverture neigeuse au sommet, et le Népal a suivi la valeur établie par le "Survey of India", 8 848 m, valeur officielle au niveau international jusqu'en 1999. Avec le tremblement de terre en 2015 au Népal - de magnitude 7,8 - on pense que sa hauteur a subi des modifications : ce que l'on ne sait pas encore, c'est si sa hauteur a diminué ou augmenté.

Ce qui rend l'Everest unique

Baptisée par les Népalais sous le nom de Sagarmatha, "Devant le ciel", et par les Tibétains sous le nom de Chomo Lungma, "Mère de l'univers", la plus haute montagne du monde a été reconnue comme telle en 1852 et en 1865, elle a pris son nom de Sir George Everest, Arpenteur général britannique de l'Inde à l'époque.

L'Everest, avec les altitudes environnantes, fait partie des chaînes himalayennes. Il est situé à la frontière du Népal (au sud) avec la Chine (à travers le Tibet) au nord. Il est si haut qu'il atteint la limite inférieure du courant-jet et peut être fouetté par des vents soutenus de plus de 160 km/h.

En 2017, plus de 8000 personnes avaient atteint le sommet et près de 300 sont mortes dans cette tentative. Il est difficile d'accès et encore plus difficile à gravir. La région himalayenne, au-dessus de 7 600 mètres, est connue sous le nom de "zone de la mort" : le corps humain est soumis à des conditions extrêmes dues à l'altitude, ce qui provoque parfois des problèmes respiratoires ou cérébraux dus au manque d'oxygène.

Comment l'Everest a-t-il été mesuré ?

Les premières fois, un théodolite a été utilisé, un instrument de mesure de la trigonométrie des montagnes. L'arpenteur Everest a contribué à cette mission avec des mesures très précises de l'Himalaya à la pointe sud de l'Inde. En 1852, le mathématicien bengali Radhanath Sikdar a rapporté que le soi-disant "XV", Pic de la chaîne de montagnes était le plus haut du monde, avec une hauteur de 8 839,2 mètres exactement.

L'expédition américaine de 1999, parrainée par la National Geographic Society et d'autres, a obtenu une estimation de 2 mètres de plus que le résultat du "Survey of India" de 1954. Crédit : TRIMBLE
L'expédition américaine de 1999, parrainée par la National Geographic Society et d'autres, a obtenu une estimation de 2 mètres de plus que le résultat du "Survey of India" de 1954. Crédit : TRIMBLE

Après le chiffre établi par le "Survey of India" (8 848 m), les États-Unis ont marqué en 1999 une nouvelle hauteur de 8 850 m obtenue par GPS et acceptée par les spécialistes de la géodésie. En 2005, la Chine a envoyé une expédition qui a mesuré la "hauteur de la roche" grâce à un radar pénétrant la glace. Ces données n'ont été reconnues qu'en Chine et sont toujours remises en question par le Népal, qui inclut la calotte glaciaire dans sa mesure.

Les méthodes ont évolué au fil du temps : elle est aujourd'hui obtenue à l'aide de satellites et de personnes qui doivent escalader l'Everest avec un récepteur GPS. Et ce n’est toujours pas une tâche facile.

Définir la nouvelle hauteur du “toit du monde”

L'année dernière, le Népal a envoyé une expédition pour mesurer la nouvelle hauteur de l'Everest. Le chef de l'inspection est resté au sommet pendant deux heures et a perdu un orteil à cause d'engelures. Ce pays, malgré ses nombreuses élévations, n'avait jamais été le protagoniste de ses mesures. En mai de cette année, c'était au tour de la Chine d'envoyer une technologie GPS de pointe au sommet de la montagne pour mener à bien cette mission.

Equipe népalaise au camp de base de l'Everest. Pour mesurer l'élévation du sommet, un système de radar pénétrant dans le sol (boîte orange) et un récepteur GPS professionnel (sur trépied) ont été utilisés. Crédit : NATIONAL GEOGRAPHIC
Equipe népalaise au camp de base de l'Everest. Pour mesurer l'élévation du sommet, un système de radar pénétrant dans le sol (boîte orange) et un récepteur GPS professionnel (sur trépied) ont été utilisés. Crédit : NATIONAL GEOGRAPHIC

Selon Kathmandu Post, le consensus ouvre non seulement la voie aux deux pays pour annoncer la "nouvelle hauteur" de l'Everest, mais met également fin à un désaccord de 15 ans sur l'opportunité de reconnaître "la hauteur de la neige" ou la "hauteur de la roche" de la montagne comme sa hauteur officielle.