tameteo.com

Météo : comment expliquer ce grand écart des températures ?

Si une bonne moitié ouest de la France peut à nouveau respirer en ce début de semaine, la canicule joue les prolongations à l'est. C'est ce conflit de masse d'air qui explique les nombreux orages sur notre pays.

foudre
Le conflit de masse d'air explique les dégradations orageuses successives sur la France.

Après une canicule quasi-généralisée en fin de semaine dernière, la chaleur a régressé à l'est depuis dimanche, où elle a bien du mal à s'évacuer. A l'ouest, les températures ont brutalement chuté et des orages éclatent presque tous les jours sur les régions centrales...

Comment expliquer une telle situation et de telles différences sur la France ? Pourquoi la chaleur fait de la résistance à l'est et pourquoi les températures ont-elles chuté à l'ouest ? Explications.

La goutte froide en cause

Depuis environ une semaine, la France est soumise au bon vouloir d'une goutte froide située au large du Portugal. Cette dépression isolée a d'abord provoqué un afflux d'air chaud en provenance d'Afrique qui a englobé tout le pays entre vendredi et samedi dernier.

Depuis le début de la semaine, cette goutte froide se rapproche peu à peu des côtes portugaises et se situe désormais sur le nord-ouest de la péninsule ibérique. Le décalage de son centre d'action vers l'ouest de la France a provoqué cette instabilité présente depuis dimanche et la chute des températures sur ces mêmes régions.

En guise de comparaison, on relevait 38°C samedi à Rennes, il n'en faisait plus de 25°C dimanche et lundi, soit une baisse de 13°C ! Idem au Mans, avec quasiment 40°C samedi, puis 28°C dimanche et 24°C lundi.

La chute a encore été plus brutale à Biarritz. Alors qu'on relevait 43°C samedi à 16h, constituant un record de chaleur absolu pour cette ville, un coup de Galerne venu de l'Atlantique a fait baissé le thermomètre d'environ 20°C en deux heures ! A 18h, on ne relevait plus que 22°C.

Carte des températures jeudi 23 juin à 17h
Carte des températures jeudi 23 juin à 17h : on voit bien la chaleur persister à l'est

L'est du pays concerné plus longtemps par la chaleur

Si les températures sont redevenues plus respirables à l'ouest, la chaleur s'est réfugiée à l'est depuis dimanche. A Strasbourg, le pic de chaleur n'a pas été atteint samedi comme sur la plupart du pays mais dimanche, avec près de 38°C.

A Lyon, on relevait encore 36°C dimanche et lundi, après les 38°C de samedi. Une canicule qui se poursuit encore ce mardi, avant de marquer le pas mercredi et jeudi. On devrait en effet passer de 36°C mardi à Lyon à 33°C mercredi et 32°C jeudi. Des températures encore très élevées pour la saison.

Le décalage de la goutte froide vers l'est ne suffit pas pour l'instant a stopper la remontée d'air chaud en provenance d'Afrique sur un grand quart sud-est de la France, en particulier dans les vallées et plaines (Rhône, Saône, Rhin).

Il provoque en revanche des orages quasi-quotidiens sur les régions centrales, qui se situent au coeur du conflit de masse d'air. De nouvelles salves orageuses sont attendues ce mardi soir, ainsi que mercredi soir et probablement également jeudi soir.

Pour la fin de la semaine, il est prévu que la goutte froide migre enfin vers le nord, déclenchant un flux de sud-ouest toujours assez instable sur la France. Les températures vont alors progressivement baisser à l'est du pays, retrouvant des valeurs plus ou moins de saison.