Les baromètres "explosent" en Asie entre anticyclone record et tempête

Un observatoire mongol semble avoir battu le record des hautes pressions pour les stations dites « de haute altitude ». Pour l'heure, le relevé doit encore être validé par l'Observatoire Météorologique Mondial.

Dans la partie supérieure gauche, vous pouvez voir le super rebond prévu pour le début de 2021.
Dans la partie supérieure gauche, vous pouvez voir le super rebond prévu pour le début de 2021.

L'atmosphère fonctionne comme un fluide qui est continuellement en mouvement en raison des déséquilibres énergétiques qui s'y créent, liés à une lutte éternelle contre les températures. Cela provoque des changements dans la densité et la pression de l'air créant, par des processus complexes, ce que nous appelons les dépressions et les anticyclones. C'est ainsi qu'une réaction en chaîne vient de se produire en Asie de l'Est avec deux centres de pression extraordinaires dans la dernière ligne droite de 2020.

En Mongolie, l'observatoire Tsetsen Uul a enregistré mardi 29 décembre une pression de 1094,3 hPa qui, si elle était vérifiée, deviendrait le chiffre le plus élevé enregistré sur Terre. Le record actuel est détenu par Tosontsengel, une autre station mongole, qui en 2001 a relevé 1084,8 hPa. Certains experts ont qualifié ce possible record de "fou", notamment les météorologues Mike Adcock et Simon Brewer, qui suivent de près l'évolution et fournissent les données.

Localisation du centre de haute pression sur la Mongolie.
Localisation du centre de haute pression sur la Mongolie.

Un autre météorologue, Francisco Martín pense que ces données doivent être prises en compte dans l'ensemble des stations à très haute altitude car c'est ainsi que l'Organisation Météorologique Mondiale (OMM) les classe. L'OMM différencie les enregistrements qui se produisent dans les observatoires jusqu'à 750 mètres au-dessus du niveau de la mer, dont le record appartient à Agata (Russie) avec 1083,8 hPa, de ceux qui dépassent cette altitude où apparaissent les données de Mongolie.

Une violente tempête dans le Pacifique

L'anticyclone de Mongolie et de Sibérie a progressivement cédé la place, sur son flanc oriental, à un flux important venant du nord qui va articuler une grande vague de Rossby avec des températures très basses dans toutes les couches. Ainsi, des valeurs de l'ordre de -30 à -40°C sont attendues pour débuter 2021 dans la couche de 500 hPa (environ 5500 mètres d'altitude) au nord-ouest du Japon et de -10°C dans la couche de 850 hPa sur la même île. La collision de cette masse d'air glacée avec une masse d'air plus tempérée, située au-dessus de l'océan Pacifique, est à l'origine du développement d'une tempête très profonde.

C'est au-dessus du Japon que le minimum dépressionnaire a circulé avec une pression de 980 hPa à Tokyo. En prenant la direction du nord-est et interagissant avec l'air plus froid, la pression a diminué jusqu'à 924 hPa à l'est de Kamchatsky, juste au-dessus des îles proches. « Une cyclogenèse explosive a ainsi conduit à l'une des tempêtes les plus profondes du Pacifique Nord en 2020 », a déclaré Francisco Martín.

Le modèle européen avait anticipé des rafales de vent dépassant 150 km/h dans l'océan avec des vagues de l'ordre de 15 à 20 mètres générant « une monstrueuse tempête marine », explique Martín. L'apparition de ce super grain a, en quelque sorte, compensé l'énorme anomalie de l'anticyclone mongol. L'atmosphère équilibre ainsi le surplus d'énergie..