tameteo.com

29 tempêtes et ouragans dans l'Atlantique cette saison : record battu

La saison des ouragans 2020 dans l'Atlantique n'est pas encore terminée que plusieurs records sont déjà battus. Le plus important concerne "le plus grand nombre de systèmes nommés de l'histoire" mais ce n'est pas tout. Explications.

Huracán Eta 2020
Image satellite de l'ouragan Eta au matin du 3 novembre lorsqu'il s'est rapidement intensifié.

Avec la formation de la 29ème tempête atlantique nommée Theta, la saison 2020 vient de battre le record absolu avec le plus grand nombre de tempêtes tropicales et d'ouragans nommés, battant la saison 2005 historique qui comptait alors 28 systèmes au total.

Theta est une tempête qui s'est formée dans les eaux libres de l'océan Atlantique cette semaine. Mercredi, elle se situait à environ 1200 km au sud des Açores. C'est le 8ème nom utilisé dans la liste complémentaire de l'alphabet grec. Selon le Centre National des Ouragans (NHC), elle se déplace dans une direction est-nord-est avec un vent maximum soutenu de 110 km/h et des rafales proches de 150 km/h. Bien qu'il n'y ait pas d'alerte pour un continent, il ne peut être exclu que Theta arrive aux portes de l'Europe pendant le week-end avec de la houle, des pluies et des rafales affectant les îles portugaises, l'est des Açores et Madère.

À l'heure actuelle, deux systèmes cycloniques coexistent dans l'Atlantique, l'un est la tempête Theta et l'autre est l'ancien ouragan Eta, qui a fait des centaines de morts en Amérique centrale en raison d'inondations et de glissements de terrain, avec de terribles dommages aux infrastructures. Eta est devenu le système le plus fort de la saison jusqu'à présent (240 km/h) et la pression centrale la plus basse (923 hPa), avec une catégorie proche de 5 quelques instants avant de toucher terre au Nicaragua. Il faut remonter 19 ans en arrière, en 2001, pour connaître la formation de deux tempêtes tropicales nommées actives en même temps au mois de novembre selon le scientifique Tomer Burg.

Désormais, Eta se déplace avec des vents maximums soutenus de 95 km/h dans la partie orientale du golfe du Mexique et continue de menacer l'ouest de Cuba et le sud de la Floride. L'alerte aux crues soudaines se poursuit d'ailleurs dans l'ouest de Cuba et le sud et l'ouest de la péninsule aux États-Unis. Dans les prochains jours, Eta se déplacera au-dessus de la mer mais parallèlement à la côte ouest de la Floride tandis que ses vents vont se renforcer ces prochaines heures, se rapprochant de la catégorie 1 des ouragans. Le NHC estime qu'il atteindra la baie de Tampa jeudi soir et vendredi puis s'affaiblira.

Les faits marquants de 2020

Si la saison des ouragans s'étend dans l'océan Atlantique du 1er juin au 30 novembre, cela ne signifie pas que certains systèmes ne peuvent pas se former avant ou après cette période dite officielle. Cette saison 2020 a commencé à se démarquer tôt, la première tempête à se former fut Arthur le 16 mai suivie de Bertha baptisée le 27 du même mois. Ce qui est également frappant, c'est qu'il s'agit du sixième record d'année consécutive avec des systèmes de pré-saison.

Cette année, les ouragans nommés à toucher terre aux États-Unis ont été plus nombreux que lors de la saison historique de 2005 qui comptait 7 cas et battant le record absolu de 9 phénomènes établi en 1916. En 2020, 12 tempêtes nommées ont déjà touché la zone continentale des États-Unis : Bertha, Cristóbal, Fay, Hanna, Isaias, Laura, Marco, Sally, Beta, Delta, Zeta et Eta, dont 6 étaient des ouragans. En outre, 7 cyclones tropicaux nommés ont touché le sol américain avant septembre, ce qui constitue un record supplémentaire. Par conséquent, 2020 est entré dans les livres des records pour avoir le plus grand nombre de cyclones qui ont touché terre aux États-Unis en une seule année et aussi pour le plus grand nombre d'ouragans jamais enregistré, à égalité avec 1886 et 1985.

Pour la deuxième fois de l'histoire, 5 cyclones tropicaux ou plus ont été enregistrés simultanément dans l'Atlantique avec Paulette, René, Sally, Teddy et Vicky. Le NHC a rappelé que lorsqu'un peu plus de trois mois s'étaient écoulés, il y avait déjà 20 tempêtes nommées alors que dans une saison moyenne, 12 tempêtes se développent durant ce laps de temps.

Depuis la tempête tropicale Cristobal le 1er juin dernier et les 26 systèmes suivants, ils ont battu le record de la formation la plus précoce en nombre de tempêtes. De plus, le 18 septembre en l'espace de six heures : Wilfred, Alpha et Beta sont devenus des systèmes à nommer, un événement explosif qui n'a été enregistré auparavant qu'en 1893.

D'autre part, le premier système à utiliser la liste des lettres grecques (Alpha) a eu un impact sur la péninsule ibérique, étant la première tempête nommée à toucher terre au Portugal. Ensuite, l'intensification de Beta en une tempête tropicale a fait de septembre 2020 le mois le plus actif jamais enregistré avec pas moins de 10 cyclones nommés.

Et ce n'est pas terminé...

Au 11 novembre, deux tempêtes nommées coexistent encore dans l'Atlantique mais il existe également une autre zone surveillée par le NHC. Il s'agit d'une onde tropicale dans la partie est de la mer des Caraïbes, avec une probabilité de formation d'un cyclone tropical de 80% dans les 5 prochains jours. Il pourrait d'ailleurs à nouveau menacer le Nicaragua et le Honduras.

Récords: temporada de huracanes 2020 Atlántico
Les tempêtes actives Eta et Theta et l'onde tropicale avec une probabilité de 80% de formation de cyclone dans l'est de la mer des Caraïbes au cours des 5 prochains jours (carte : NHC)

Si ce système de basse pression parvient à s'organiser et à acquérir des vents supérieurs à 63 km/h, Iota alors arrivera. Ce sera ainsi la 30ème tempête tropicale nommée en utilisant la neuvième lettre de la liste auxiliaire grecque. On parlerait alors d'un nouveau record car trois cyclones tropicaux (Eta, Theta et Iota) n'ont jamais coexisté en même temps dans l'Atlantique au mois de novembre.

Il reste encore un peu moins de 3 semaines pour cette saison officielle et de nombreuses nouvelles situations records pourraient nous surprendre, tant que les conditions atmosphériques et océaniques continueront d'être favorables à la formation de ces systèmes. D'autant plus que le phénomène La Niña est actif (modéré à fort), ce qui affecte la circulation générale de l'atmosphère et favorise généralement le développement de cyclones tropicaux dans l'Atlantique.