Journée mondiale des océans : des chiffres alarmants !

Malgré les nombreux avantages que nous procurent les océans, ils n'ont jamais été aussi menacés qu'aujourd'hui. Aujourd'hui est une journée de réflexion et de sensibilisation qui nous invite à réfléchir à la manière dont nous devons les protéger.

« L'océan : vie et moyens d'existence » est le thème proposé cette année.
« L'océan : vie et moyens d'existence » est le thème proposé cette année.

Lors de l'Assemblée générale des Nations Unies tenue le 5 décembre 2008, il a été décidé, à l'initiative du Canada et par la résolution 63/111, qu'à partir de 2009, la Journée internationale des océans soit célébrée chaque 8 juin.

Avec un slogan proposé chaque année qui appelle à la réflexion, en 2021 « L'océan : la vie et les moyens de subsistance » a été choisi.

Selon les Nations Unies, l'océan couvre plus de 70 % de la planète et produit au moins 50 % de l'oxygène de la planète. Il détermine notre météo et notre climat, abrite la majeure partie de la biodiversité de la Terre et constitue la principale source de protéines pour plus d'un milliard de personnes dans le monde. De plus, l'océan est la clé de notre économie, puisqu'on estime qu'en 2030, il y aura environ 40 millions de travailleurs dans l'ensemble du secteur lié à l'océan.

Malgré les nombreux avantages que nous offrent les océans, ils n'ont jamais été aussi menacés qu'aujourd'hui. Pour protéger et préserver l'océan et tout ce qu'il supporte, nous devons créer un nouvel équilibre, enraciné dans une véritable compréhension de l'océan et de la façon dont l'humanité s'y rapporte. Nous devons construire une connexion à l'océan qui soit inclusive, innovante et basée sur les leçons du passé.

Les chiffres sont inquiétants !

Les océans sont une composante essentielle fortement affectée par le réchauffement climatique anthropique actuel.

L'océan absorbe environ 23 % des émissions anthropiques annuelles de CO2 dans l'atmosphère et agit comme un tampon contre le changement climatique. Cependant, le CO2 réagit avec l'eau de mer, réduisant son pH et provoquant l'acidification de l'océan. Cela réduit à son tour sa capacité à absorber le CO2 de l'atmosphère. L'acidification et la désoxygénation des océans ont finalement un impact sur les écosystèmes, la vie marine et la pêche.

L'océan absorbe également plus de 90 % de l'excès de chaleur provenant des activités humaines. La teneur en chaleur océanique la plus élevée jamais enregistrée a été enregistrée en 2019 et cette tendance s'est probablement poursuivie en 2020. Le taux de réchauffement des océans au cours de la dernière décennie a été supérieur à la moyenne à long terme, indiquant une absorption continue de la chaleur piégée par les gaz à effet de serre. On estime que plus de 80% de la zone océanique a connu au moins une vague de chaleur marine en 2020.

Le niveau moyen mondial de la mer a augmenté tout au long de l'enregistrement altimétrique satellitaire (depuis 1993). Récemment, il a augmenté à un rythme plus élevé en partie en raison de la fonte accrue des calottes glaciaires du Groenland et de l'Antarctique.

La banquise fond, avec de profondes répercussions sur le reste du monde, en raison de l'évolution des conditions météorologiques et de l'accélération de l'élévation du niveau de la mer. En 2020, le minimum annuel de glace de mer dans l'Arctique était parmi les plus bas jamais enregistrés, exposant les communautés polaires à des inondations côtières anormales et les parties prenantes, telles que la navigation et la pêche, aux dangers de la glace de mer.

On estime que les températures chaudes de l'océan ont contribué à alimenter une saison record des ouragans dans l'Atlantique en 2020 et à contribuer à une autre saison active en 2021.

Étant donné qu'environ 40 % de la population mondiale vit à moins de 100 km des côtes, il est urgent de protéger les communautés contre les risques côtiers, tels que les vagues, les ondes de tempête, et l'élévation du niveau de la mer, grâce à des systèmes améliorés d'alerte précoce multirisques , et la prévision basée sur l'impact.