tameteo.com

26000 tonnes de déchets du Covid-19 se sont retrouvées dans les océans

Un autre dommage collatéral de la pandémie de Covid-19 est lié aux déchets qui ont été générés. Une étude a montré que de grandes quantités de ces déchets ont fini dans les océans. Ils équivalent à 2000 bus à impériale pleins d'ordures.

Les déchets plastiques liés au Covid-19 continuent d'atteindre les océans. Beaucoup d'entre eux seront encore là d'ici la fin de ce siècle.
Les déchets plastiques liés au Covid-19 continuent d'atteindre les océans. Beaucoup d'entre eux seront encore là d'ici la fin de ce siècle.

Les données sont vraiment inquiétantes car elles montrent la capacité de polluer que nous, les humains, avons et en peu de temps. Selon un rapport publié par The Guardian, moins de 2 ans après le début de Covid-19, plus de 26 000 tonnes de déchets plastiques liés à la pandémie, tels que des masques et des gants, se sont retrouvés dans l'océan.

The Guardian fait une comparaison très utile pour comprendre l'ampleur de cette pollution des océans due à la pandémie. Cela représente plus de 2 000 bus à impériale de déchets, et d'ici quelques années, certains de ces gants en plastique et matériaux d'emballage provenant d'achats pandémiques pourraient envahir le pôle Nord, dans le cas de l'hémisphère nord.

La note dans les médias anglais fait référence à une étude publiée par PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America) qui a révélé que 193 pays ont produit environ 9,2 millions de tonnes de déchets plastiques associés à la pandémie depuis le début de celle-ci et jusqu'à mi-août 2021.

Des déchets en grande partie hospitaliers

L'enquête a réussi à déterminer que de cette masse de déchets qui a fini dans la mer, environ 87,4 % ont été utilisés par les hôpitaux, tandis que 7,6 % ont été utilisés par les particuliers. Les emballages et les kits de test représentaient respectivement environ 4,7 % et 0,3 % des déchets. Les déchets plastiques mal gérés, constitués d'équipements de protection individuelle tels que des masques et des gants, dépassent de loin la capacité des pays à les traiter correctement, selon les chercheurs.

Yiming Peng et Peipei Wu, de l'Université de Nanjing, auteurs de l'étude « ampleur et impact des déchets plastiques associés à la pandémie », ont souligné que « la pandémie de Covid-19 a provoqué une augmentation de la demande de plastiques à usage unique qui intensifie la pression sur un problème mondial de déchets plastiques qui est déjà hors de contrôle. Les plastiques libérés peuvent être transportés sur de longues distances dans l'océan, rencontrer la faune marine et potentiellement causer des blessures, voire la mort. »

En mars dernier, le premier cas de poisson piégé dans un gant médical a été découvert, trouvé lors du nettoyage d'un canal à Leyde (Pays-Bas). Au Brésil, un masque de protection PFF-2 a été retrouvé dans l'estomac d'un manchot de Magellan également mort. L'une des conclusions de la recherche indique que d'ici la fin du siècle presque tous les plastiques associés à la pandémie finiront dans les fonds marins ou sur les plages.

Des déchets transportés par 369 grands fleuves

Des chercheurs chinois ont pu montrer que 46 % des déchets plastiques mal gérés provenaient d'Asie, en raison du niveau élevé d'utilisation de masques par les individus de ce continent, suivi de l'Europe avec 24 % et de l'Amérique du Nord et du Sud, avec 22 %. La majeure partie du plastique provient des déchets médicaux générés par les hôpitaux, ce qui éclipse la contribution des équipements de protection individuelle et des matériaux d'emballage des achats en ligne.

La principale pollution qui a atteint la mer correspond aux déchets hospitaliers.
La principale pollution qui a atteint la mer correspond aux déchets hospitaliers.

Cette réalité s'ajoute à la situation préexistante et pose un problème durable pour l'environnement océanique et s'accumule principalement sur les plages et les sédiments côtiers. Cela montre également que les pays ont de graves difficultés à contenir les déchets, et la pandémie a aidé à comprendre à quelle vitesse le processus est rapide.

Le rapport donne également un indice sur la façon dont ces déchets sont arrivés dans les océans. Les milliers de tonnes de masques, gants, kits de test et écrans faciaux qui se sont répandus dans les océans depuis le début de la pandémie jusqu'en août de cette année ont été transportés dans 369 grands fleuves. Les principaux fleuves étaient le Chatt al-Arab, dans le sud-est de l'Irak, qui a transporté 5 200 tonnes de déchets dans l'océan ; le fleuve Indus, qui prend sa source dans l'ouest du Tibet, a transporté 4 000 tonnes et le fleuve Yangtze, en Chine, 3 700 tonnes. En Europe, le Danube a été celui qui a transporté le plus de déchets plastiques pandémiques dans l'océan avec quelque 1 700 tonnes.