Face à la sécheresse, les surprenants arbres bouteilles de Madagascar

Vous avez sûrement vu des réservoirs, des citernes et autres constructions qui servent à stocker l'eau. Mais saviez-vous que de nombreux villages africains utilisent les troncs de baobabs comme réservoirs ? Explications.

Le plateau Mahafaly est un territoire inhospitalier du sud de Madagascar. Le climat est très rude, le soleil tape fort pendant la majeure partie de l'année tandis que les pluies sont généralement rares et irrégulières, concentrées sur une courte saison humide. Rien ne semble indiquer qu'il existe des communautés humaines sur ce plateau, bien que dans ses confins se trouvent quelques villages qui se sont adaptés à cet environnement hostile, profitant des ressources naturelles existantes de manière surprenante.

En raison de l'aridité qui prévaut pendant la majeure partie de l'année, ce n'est qu'à des périodes spécifiques qu'il y a de l'eau à la surface pour subvenir aux besoins de base. Alors d'où la tiennent-ils ? La réponse est surprenante : de l'intérieur des baobabs, qui dans des villages comme Ampotaka fonctionnent comme des réservoirs d'eau.

Les troncs des baobabs sont perforés pour faciliter la collecte de l'eau. Les plus gros spécimens peuvent stocker plus de 140 000 litres à l'intérieur.

Pendant la saison des pluies, l'eau est collectée et stockée dans les troncs des baobabs, qui ont été préalablement forés. Les plus gros spécimens peuvent contenir jusqu'à 140 000 litres à l'intérieur, et malgré cela, l'arbre ne meurt pas car son bois, composé principalement d'eau, ne pourrit pas. Grâce à ce système, de nombreux villages africains et indiens ont pu survivre pendant plusieurs générations.

Les fascinants baobabs sont également connus sous le nom d'"arbre de vie" ou d'"arbre-bouteille", et ils ne fournissent pas seulement de l'eau. Des fibres très résistantes sont également obtenues pour fabriquer des cordes, leur pollen est utilisé comme colle, les graines sont torréfiées comme des grains de café et la poudre de baobab est obtenue à partir de ses fruits. Malheureusement, ces dernières années, plusieurs baobabs millénaires sont morts à cause de la surexploitation des aquifères, des ravageurs et des effets du changement climatique.