Effondrement mondial : dans quel pays survivrait-on le mieux ?

Et si nous étions amenés à vivre un effondrement social de notre vivant ? Dans quel pays survivrait-on le mieux ? C'est la question à laquelle tente de répondre une étude anglaise classant les pays insulaires en tête du classement...

Nouvelle-Zélande
Selon une étude anglaise, c'est la Nouvelle-Zélande qui survivrait le mieux à un effondrement de notre civilisation.

Dans quel pays faut-il vivre ou déménager si on voulait échapper à un effondrement mondial, que ce soit une crise financière, les conséquences du changement climatique, ou une pandémie pire que celle du Covid-19 voire même plusieurs causes cumulées ? C'est la question à laquelle des chercheurs de l'Université Anglia Ruskin, au Royaume-Uni ont essayé de répondre.

La Nouvelle-Zélande est l'un des meilleurs endroits au monde où survivre en cas d'effondrement. D'autres pays plus proches de nous sont également bien classés.

Ils ont utilisé les résultats de l'University of Notre Dame-Global Adaptation Index 2015, qui avaient déjà évalué et classé tous les pays selon leur vulnérabilité et leurs futures adaptations aux changements climatiques. Pour ce classement plusieurs critères : la capacité à produire de la nourriture pour sa population, à protéger ses frontières, à entretenir le réseau électrique, ou encore sa capacité de fabrication.

L'équipe de scientifiques estime que la civilisation humaine était "dans un état périlleux" à cause de l'activité humaine interconnectée et surtout énergivore et des conséquences de cette croissance sur l'environnement. L'objectif de l'étude est de mettre en évidence les facteurs que doivent améliorer les pays pour augmenter leur résilience. D'après les scientifiques anglais, une société mondialisée valorisant l'économie nuit à sa résilience.

Des pays insulaires au climat tempéré en tête de liste

La Nouvelle-Zélande arrive à la première place de ce classement. Cet état insulaire de l'océan Pacifique s'est avéré avoir le plus grand potentiel pour survivre grâce à son énergie géothermique et hydroélectrique, des terres agricoles abondantes et de sa petite densité de population humaine. D'ailleurs en prévision d'un effondrement mondial, des milliardaires auraient déjà acquis des terrains de cette île d'Océanie pour y construire des bunkers.

La Nouvelle-Zélande n'est pas la seule île à figurer sur la liste des pays les mieux classés pour survivre à l'apocalypse. Parmi les bons élèves, on compte aussi : l'Islande, le Royaume-Uni, la Tasmanie ainsi que l'Irlande. Le professeur à l'Université Anglia Ruskin au Royaume-Uni, Aled Jones insiste : "Nous avons choisi que vous deviez pouvoir protéger les frontières et que les lieux devaient être tempérés. Donc, avec le recul, il est assez évident que les grandes îles avec des sociétés complexes sur elles déjà [constituent la liste]".