Coulée de boue, grêle, records de pluie : des orages toujours présents

Le bal des gouttes froides se poursuit sur le pays, apportant un temps toujours aussi instable et souvent orageux, entre chutes de grêle et coulées de boue. Des records de pluies ont également été battus.

Mais où est donc passé l’anticyclone ? Alors que l’été avait été annoncé "plus chaud et plus sec" que la normale, le beau temps a du mal à se mettre en place en cette deuxième quinzaine de juin. Depuis une dizaine de jours, plusieurs gouttes froides se succèdent et stagnent sur le pays, apportant ainsi une météo instable et parfois agitée. Avec cet air froid présent en altitude, de nombreux orages se développent, n’épargnant que les régions méditerranéennes. S’ils restent assez isolés, ils peuvent néanmoins s’avérer ponctuellement violents et générer des dégâts. Et ce fut une nouvelle fois le cas ces dernières heures.

Dimanche soir, un violent orage s'est ainsi déchaîné dans le secteur d'Issoire, dans le Puy-de-Dôme. Ces cellules orageuses ont occasionné des chutes de grêle mais surtout de très importantes précipitations. Il est tombé entre 50 et 60 mm de pluie en quelques heures et jusqu’à 80 mm sur l'ensemble de l'épisode. La conséquence la plus spectaculaire de cette soirée très agitée a été cette coulée de boue qui a traversé le village de Sauvagnat-Sainte-Marthe. L’eau boueuse a envahi plusieurs dizaines de maisons, faisant d’importants dégâts. L’autoroute A75 a même dû être fermée, le trafic SNCF a été fortement perturbé. Quelque 126 interventions de pompiers ont été recensées sur tout le département.

Autre secteur fortement touché, le Haut-Doubs. Alors qu’il avait été le théâtre d’une tornade la semaine dernière, de nouveaux orages ont traversé la région lundi. Ils se sont accompagnés d’impressionnantes chutes de grêle en milieu d’après-midi et durant une vingtaine de minutes dans le village des Fourgs. Les grêlons, gros comme des balles de ping-pong, ont très rapidement recouvert les rues de ce village situé à 1000 m de l’altitude et tout près de la frontière suisse. Selon le maire de la commune, plusieurs maisons et de nombreuses voitures ont été endommagées.

L’Île-de-France et plus largement le bassin parisien n’ont pas été non plus épargnés par l’instabilité de ce début de semaine avec quelques cellules orageuses très isolées qui ont notamment touché lundi soir les Yvelines et le Val-d'Oise avec là aussi, d’intenses pluies et des chutes de grêle, occasionnant localement quelques inondations. L’Oise et le secteur Beauvais, durement touché la semaine dernière, ont également essuyé de fortes précipitations dans la soirée.

La succession de ces orages et des fortes précipitations associées conduisent à des records de pluies pour un mois de juin dans plusieurs villes du nord-ouest notamment. Il est ainsi tombé plus de 130 mm de précipitations à Rennes, Tours ou dans les Yvelines, ce qui correspond habituellement à deux mois de pluie en automne ou en hiver, rien que ça ! C’est tout simplement du jamais vu depuis le début des relevés météo, soit depuis l’après-guerre. Désormais, la situation va lentement s’améliorer mais le retour de l’anticyclone sera-t-il durable ? Rien n’est moins sûr…