Un récif de coraux géants découvert au large de Tahiti !

Situé à 30 mètres de profondeur, ce récif corallien est une découverte exceptionnelle de par sa taille mais aussi (et surtout !) de par son état de santé remarquable malgré le réchauffement climatique... Une très bonne nouvelle selon les scientifiques.

Coraux Tahiti
Les scientifiques du Criobe et de l'UNESCO ont découvert cet impressionnant récif de coraux à 30 mètres de profondeur au large de la presqu'île de Tahiti en Polynésie française.

Cette mission d'exploration scientifique, en partenariat avec Le Criobe - un laboratoire français - était menée dans le cadre du programme de l'UNESCO "One Ocean, le grand témoignage sur l'Océan". Alexis Rosenfeld, photographe plongeur fait parti de l'équipe de chanceux a avoir découvert ce magnifique récif corallien au large de la presqu'île de Tahiti, en Polynésie française, qu'il décrit comme un "champ de roses géantes bleutées".

Laetitia Hédouin, chercheurs au CNRS-CRIOBE, co-dirigeante de la mission explique : "Ce qui a été vraiment choquant, c'est la beauté de ce récif : la taille des colonies qui étaient extrêmement grandes - certaines faisaient plus de 2 mètres de diamètre - mais aussi l'immensité du champs. On a estimé qu'il faisait plus de 3 kilomètres de long".

Une découverte "hors du commun" de par la taille mais aussi l'emplacement. La majorité des récifs de coraux connus au monde se situe en eau peu profonde (entre 0 et 20 mètres). Or, celui-ci s'étend entre 30 et 55 mètres de profondeur, là où la lumière du soleil est plus faible.

C'est ce qui expliquerait aussi l'excellent état de conservation du récif. Pas de blanchissement - qui affecte les coraux du monde entier à cause du réchauffement climatique - ni de signe de mortalité en vue. Ces colonies ne semblent pas souffrir de la hausse des températures alors que leur âge est estimé entre 10 et 20 ans.

L'une des hypothèses émises par Laetitia Hédouin pour expliquer la bonne santé du récif est la profondeur : "À plus de 30 mètres sous l'eau, la température est plus fraîche et il y a moins de lumière. Or, le blanchiment des coraux est une combinaison entre de fortes températures de l'eau et de fortes lumières. Donc, à partir du moment où l'on va diminuer l'intensité lumineuse, on diminue l'impact du blanchissement."

Bien que 14% des récifs aient déjà disparu à cause du dérèglement climatique, cette découverte réjouit le docteur Hédouin : "c'est vrai que lorsqu'on découvre dans les profondeurs des récifs comme celui-ci qui semblent être préservés, j'avoue que ça redonne un peu d'optimisme pour le futur des récifs coralliens". Avant d'ajouter : "Ça veut dire qu'il reste des récifs coralliens dont la santé n'a pas encore été touchée par l'activité humaine."

L'équipe chargée de la mission a eu la chance de découvrir ce récif mais aussi d'assister à la ponte des coraux. Un moment immortalisé par le photographe Alexis Rosenfeld, où l'on aperçoit un nuage représentant la semence du corail : "C'est la première fois qu'on assiste à un tel événement en profondeur."