Alpes-Maritimes : des dégâts considérables, au moins 8 disparus

Un épisode méditerranéen exceptionnel a touché les Alpes-Maritimes vendredi avec des cumuls de pluies atteignant 500 mm en 12 heures. Conséquence, des inondations d'une ampleur inédite ont touché la vallée de la Vésubie, provoquant d'innombrables dégâts. Au moins 8 personnes sont recherchées.

Les dégâts provoqués par l'épisode méditerranéen sont innombrables, le bilan humain s'annonce lourd.
Les dégâts provoqués par l'épisode méditerranéen sont innombrables, le bilan humain s'annonce lourd.

Des routes coupées, des ponts détruits, des maisons emportées... La puissance des cours d'eau en crue a surpris les habitants de l'arrière-pays niçois alors que ces intempéries exceptionnelles avaient été annoncées plus de 24 heures à l'avance. Il faut dire que les cumuls de pluies ont été exceptionnels dans ces secteurs avec jusqu'à 500 mm relevés en l'espace d'une journée, signant au passage un nouveau record au niveau départemental. Sur l'ensemble du département, ce sont quelque 560 millions de tonnes d'eau qui sont tombées vendredi, soit l'équivalent d'environ 190 000 piscines olympiques.

Des crues hors-norme, des villages coupés du monde

Ces pluies record ont engendré des inondations d'une ampleur exceptionnelle. La Vésubie est ainsi rapidement entrée en crue, dépassant le record établi en 1994. De 50 cm vendredi matin, ce cours d'eau est ainsi passé à plus de 8 mètres à 16h30 avec même une hausse de 4 mètres entre 15h45 et 16h30. Même constat sur le fleuve Var qui se jette dans la Méditerranée vers Saint-Laurent-du-Var et qui a notamment pour affluent la Vésubie et la Tinée. Ainsi, au niveau du Pont Napoléon III à Nice, la cote du Var a atteint 4,97 mètres en soirée contre 4,50 mètres pour la crue "centennale" de référence de novembre 1994, alors qu'elle n'était que de 5 cm le matin-même. Pour cette raison, le Var avait été placé en vigilance rouge par Vigicrues, une première pour ce cours d'eau.

De même, les débits de toutes ces rivières ont atteint des valeurs inédites, dépassant ponctuellement les 2000 m3/s. C'est ce qui explique en partie les dégâts considérables recensés samedi au réveil avec de nombreuses routes et ponts détruits. Ainsi, une dizaine de villages se sont retrouvés littéralement coupés du monde, comme Saint-Martin-Vésubie ou Tende par exemple. Une centaine de maisons ont été également emportées par les flots avec des images parfois impressionnantes. Plusieurs milliers de foyers ont été privés d'électricité, certaines communes n'avaient plus d'eau potable alors que les réseaux téléphoniques ont été fortement endommagés.

Plusieurs personnes disparues dont deux pompiers

Si la vallée de la Vésubie a été la plus durement touchée, celle de la Roya a également subi d'importantes crues. Le village de Breil-sur-Roya a ainsi été envahi par des torrents de boue, "les dégâts constatés dépassaient tout ce qui avait pu être imaginé" selon les autorités. Le Premier ministre, accompagné du ministre de l'Intérieur, s'est rendu sur les lieux de ces catastrophes samedi après-midi. Lors d'un point presse, il a fait part de "sa vive inquiétude quant au bilan humain définitif" de ces inondations. Parmi les 8 personnes officiellement recherchées, il y a notamment un couple de Roquebillière qui a été emporté avec sa maison dans la Vésubie. Deux pompiers sont également portés disparus depuis que la route sur laquelle ils circulaient s'est effondrée. Le véhicule a ensuite été emporté par une rivière en crue.

Hasard du calendrier, ces inondations se sont produites 5 ans jour pour jour après les terribles orages qui avaient touché la Côte d'Azur et notamment les secteur de Cannes et de Mandelieu-la-Napoule, faisant 20 victimes. C'était le 3 octobre 2015. Ces intempéries meurtrières se sont également produites au lendemain de la tempête Alex ayant notamment touché la Bretagne avec des rafales de vent record, atteignant 186 km/h sur Belle-Île. Un jeune de 17 ans qui circulait à scooter à Brest est décédé, victime d'une chute de branche d'arbre.