Lumière artificielle : quels impacts sur l'homme et la nature ?

La lumière artificielle a plusieurs effets à travers le monde avec des changements tant sur le corps que sur le comportement des espèces. Elle devrait ainsi être considérée comme d'autres polluants et limitée dans la mesure du possible, expliquent les scientifiques.

La pollution lumineuse a un impact significatif sur la nature, même à de faibles niveaux.
La pollution lumineuse a un impact significatif sur la nature, même à de faibles niveaux.

Les effets de la lumière artificielle sur la faune sont "très diversifiés et très présents" même à de faibles niveaux, ont constaté les scientifiques.

Des changements sur le corps et le comportement des animaux, en particulier les niveaux d'hormones et les modes d'éveil et de sommeil, ont été systématiquement constatés. Les niveaux de mélatonine - une hormone régulant les cycles de sommeil - ont été réduits par une exposition à un éclairage artificiel la nuit chez toutes les espèces animales étudiées.

Le professeur Kevin Gaston, de l'Institut pour l'environnement et la durabilité de l'Université d'Exeter, a expliqué que l'équipe de chercheurs a examiné plus d'une centaine d'études sur les impacts de l'éclairage artificiel nocturne sur des espèces ou communautés d'espèces particulières.

« Nous trouvons que les effets sont très divers et très répandus. Les gens peuvent penser que c'est uniquement le cas avec une lumière puissante mais en fait, nous voyons également beaucoup de conséquences avec des niveaux de lumière artificielle assez faibles », a-t-il déclaré.

Les différences de jour et de nuit

Outre les changements dans les niveaux d'hormones, d'autres effets incluent le moment de l'activité quotidienne chez les espèces actives pendant la journée - appelées diurnes - et le nombre de descendants d'un individu.

Les effets diffèrent entre les espèces nocturnes et diurnes. Par exemple, la durée d'activité des rongeurs, qui sont pour la plupart nocturnes, avait tendance à être réduite par l'éclairage nocturne, tandis que celle des oiseaux diurnes était prolongée, le chant et la recherche de nourriture commençant plus tôt.

Les scientifiques ont également constaté que la pollution lumineuse affectait régulièrement la capacité des bébés tortues à trouver la bonne direction vers la mer, les amenant à se déplacer plutôt vers des sources lumineuses terrestres. « Cela a des conséquences importantes sur la survie des tortues », ont déclaré les scientifiques. « Cependant, l'impact pourrait être réduit par une conception, un positionnement et un blindage soigneux des lumières », ont-ils déclaré.

D'autres impacts découverts par des études antérieures avaient mis en évidence la réduction de la pollinisation par les insectes des arbres qui bourgeonnent plus tôt au printemps.

Considérer la lumière artificielle comme un polluant

Comme le changement climatique, l'éclairage nocturne semble profiter à certaines espèces à certains endroits mais Gaston a déclaré que le message clair de l'étude était de réduire l'éclairage lorsque cela est possible.

« Historiquement, nous ne nous sommes pas vraiment inquiétés de l'impact de l'éclairage nocturne. Ce n'est que maintenant que nous découvrons ses effets étendus. Notre étude montre que nous ne devrions utiliser l'éclairage de nuit que là où nous en avons besoin et pas plus, et à des intensités dont nous avons besoin et pas plus », a-t-il déclaré. « En effet, nous devons voir la lumière comme n'importe quel autre polluant, nous pourrions énormément réduire son utilisation sans aucun impact sur nous-mêmes », a conclu Gaston.

Les scientifiques ont également recommandé davantage de recherches sur les interactions de la pollution lumineuse avec d'autres pressions humaines, en particulier le changement climatique. « Ceci est particulièrement intéressant car le comportement des espèces nocturnes dépend souvent de la température », ont-ils déclaré.