Des virus découverts dans un glacier tibétain : doit-on s'inquiéter ?

Des virus âgés de près de 15 000 ans ont été trouvés dans des échantillons de glace prélevés sur un glacier du Tibet. De nombreux virus étaient jusqu'à présent totalement inconnus de l'homme.

Virus
Les virus et les microbes peuvent être piégés dans des couches de glace avec d'autres particules ou gaz de l'atmosphère.

Un virus en particulier a tendance à faire la une des journaux ces derniers mois, mais des scientifiques travaillant sur le plateau tibétain en Chine ont annoncé avoir découvert des dizaines de virus gelés dans la glace qui remontent à 15 000 ans. Sur les 33 virus identifiés, au moins 28 sont complètement nouveaux pour la science.

Au cours de l'étude, publiée dans la revue Microbiome, les chercheurs ont prélevé des couches de glace dans la calotte glaciaire de Guliya, située à environ 22 000 pieds au-dessus du niveau de la mer. Les couches de glace telles que celles-ci offrent des fenêtres sur le passé, car elles accumulent progressivement de nouvelles couches au fil du temps et piègent les gaz et les objets de l'atmosphère, y compris les microbes et les virus.

"Ces glaciers se sont formés progressivement, et avec la poussière et les gaz, de nombreux virus se sont également déposés dans cette glace", a déclaré l'auteur de l'étude Zhi-Ping Zhong, microbiologiste à l'Ohio State University, dans un communiqué. "Les glaciers de l'ouest de la Chine ne sont pas bien étudiés et notre objectif est d'utiliser ces informations pour refléter les environnements passés. Et les virus font partie de ces environnements."

Les réponses se cachent dans la glace

Lors de l'analyse des morceaux de glace, l'équipe de recherche a utilisé une combinaison de méthodes traditionnelles et nouvelles pour déterminer l'âge de la glace. Après y avoir recherché le code génétique, ils ont pu identifier 4 virus déjà connus de la science, ainsi que les 28 nouveaux. Incroyablement, environ la moitié d'entre eux avaient survécu au moment de la congélation, grâce à des adaptations uniques.

Selon les chercheurs, les virus possèdent des gènes spéciaux qui les aident à infecter les cellules dans des environnements très froids, ce qui signifie qu'ils se développeraient dans des conditions glaciales. On sait très peu de choses sur les virus qui vivent dans des environnements extrêmes. En fait, seules deux études précédentes ont examiné les virus dans la glace des glaciers anciens, ce qui en fait une étude importante.

plateau tibétain
Le plateau tibétain est le plus haut et le plus grand plateau du monde au-dessus du niveau de la mer, adjacent à l'Himalaya.

Les chercheurs disent que les virus proviennent probablement du sol ou des plantes, plutôt que des animaux, et qu'il est donc peu probable qu'ils aient causé des dommages aux humains anciens. Même s'ils avaient été pathogènes pour l'homme, les techniques d'extraction des virus les rendent instantanément inactifs, rendant le procédé parfaitement sûr.

On espère que les résultats de l'étude aideront les scientifiques à en apprendre davantage sur l'évolution des virus, ainsi qu'à mieux comprendre la biologie des anciennes communautés microbiennes. Les méthodes utilisées pour obtenir les signatures génétiques de l'étude pourraient également être utilisées dans d'autres environnements extrêmes tels que les déserts ou même des endroits éloignés comme la Lune ou Mars.