Climat : un épisode de La Niña se confirme

Un épisode de La Niña s'est développé et est en cours de consolidation selon l'Organisation Météorologique Mondiale. Il devrait persister en 2021 et pourrait être modéré à sévère.

L'un des effets de La Niña dans certaines régions du monde sera des précipitations inférieures à la moyenne.
L'un des effets de La Niña dans certaines régions du monde sera des précipitations inférieures à la moyenne.

Selon un communiqué de presse publié le 29 octobre par l'Organisation météorologique mondiale (OMM), un épisode de La Niña s'est développé et devrait persister l'année prochaine, affectant les températures, les précipitations et les conditions météorologiques dans de nombreuses régions du monde en 2021.

La déclaration de l'OMM sur le développement d'un épisode La Niña sert de base aux gouvernements pour commencer à planifier dans des secteurs sensibles au climat tels que l'agriculture, la santé, les ressources en eau et la gestion des catastrophes. Actuellement, l'OMM intensifie son soutien et ses conseils aux agences d'aide internationales afin que les impacts de ces événements puissent être réduits.

Un épisode "modéré à sévère"

L'épisode La Niña de cette année devrait être modéré à sévère. Le dernier épisode grave a été enregistré en 2010/2011, suivi d'un épisode modéré en 2011/2012.

La Niña est un phénomène qui produit un refroidissement à grande échelle des températures de surface de l'océan dans les parties centrale et orientale du Pacifique équatorial, ainsi que d'autres changements dans la circulation atmosphérique tropicale, à savoir les vents, la pression et la pluie. En général, elle a des effets sur le temps et le climat opposés à ceux d'El Niño, qui est la phase chaude du phénomène appelé "El Niño-Oscillation australe (ENSO)”.

Les effets dans le monde

Selon les dernières prévisions saisonnières, l'événement La Niña 2020 pourrait entraîner une anomalie pluviométrique majeure dans la Grande Corne de l'Afrique (avec des précipitations inférieures à la moyenne), en Asie centrale (avec des précipitations inférieures à la normale), en Asie du Sud-Est, sur certaines îles du Pacifique et dans les régions du nord de l'Amérique du Sud (avec des précipitations supérieures à la normale).

Que dit le dernier bulletin de l'OMM ?

Le nouveau bulletin de l'OMM "El Niño / La Niña Today Bulletin" indique qu'il y a une forte probabilité (90%) que la température de surface de l'océan Pacifique tropical reste à des niveaux caractéristiques de La Niña jusqu'à la fin de 2020, et éventuellement jusqu'au premier trimestre 2021 (probabilité de 55%). Cela se produit après plus d'un an avec des conditions ENSO neutres (c'est-à-dire où ni les conditions El Niño ni La Niña n'ont été enregistrées). Le Bulletin est basé sur les prévisions des centres de production mondiaux pour les prévisions à long terme de l'OMM et sur l'interprétation d'experts.

Suite aux effets dévastateurs de l'épisode El Niño de 2015/2016, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), l'OMM et les organisations humanitaires se sont réunis pour créer ce que l'on appelle la "cellule ENSO", qui vise à garantir que les Nations Unies et les partenaires humanitaires soient correctement informés. Cette équipe fournit actuellement des conseils sensibles sur les impacts aux Nations Unies et aux décideurs humanitaires. Les informations climatiques saisonnières de l'OMM et d'autres centres spécialisés sont intégrées dans une évaluation humanitaire plus large afin de déterminer les zones considérées comme les plus à risque.