Saints de glace : froid et gel peuvent-ils revenir d'ici la mi-mai ?

Après une première quinzaine d'avril marqué par un épisode de fortes gelées durable, un redoux se met en place cette semaine. Mais signe-t-il pour autant la fin du risque de gel en plaine pour cette saison ? Éléments de réponses dans cet article.

Après le gel marqué de la 1ère quinzaine d'avril, de nouvelles gelées pourraient-elles se produire d'ici les Saints de Glace ?
Après le gel marqué de la 1ère quinzaine d'avril, de nouvelles gelées pourraient-elles se produire d'ici les Saints de Glace ?

Ces deux dernières semaines ont été marquées par la présence d'une masse d'air d'origine polaire sur le pays, faisant ainsi chuter le mercure à des niveaux largement inférieurs aux normales de saison. Les gelées ont également été fréquentes et marquées avec à la clé, d'importants dégâts sur la végétation et les cultures, des vignes aux arbres fruitiers en passant par les betteraves et le colza. Dans de nombreux départements, les pertes sont estimées entre 70 et 100 %, obligeant le ministère de l'Agriculture à déclencher très rapidement le régime de calamité agricole.

Le week-end dernier a vu, quant à lui, régresser les gelées avant qu'elles ne disparaissent en plaine au cours de ce début de semaine. Les maximales, de leur côté, ont retrouvé un niveau de saison et donc printanier mais est-ce pour autant la fin définitive de ces températures hivernales alors les fameux Saints de glace se produiront, comme chaque année, les 11, 12 et 13 mai prochains ?

Retour de la fraîcheur pour la fin avril ?

À l'aube de la 3ème décade d'avril, une certaine douceur s'impose en cours de journée. Ainsi, les maximales varient entre 14 et 18°C dans la moitié nord ce mardi après-midi et entre 15 et 20°C dans les régions du sud. Mercredi, les températures poursuivront leur hausse dans la moitié ouest avec quelque 18°C attendus à Paris, Reims, La Rochelle et Lyon, 19°C à Brest, Nantes, Tours, Biarritz et Toulouse, 20°C au Mans comme à Agen et jusqu'à 21°C dans le Bordelais. Concernant les minimales, avec des valeurs souvent comprises entre 1 et 5°C ce mardi matin, le risque de gel en plaine n'est plus d'actualité. Le redoux se confirmera là-aussi les matinées suivantes.

Petit bémol néanmoins à partir de jeudi en raison du retour d'une masse d'air plus froid sur l'Allemagne, débordant temporairement dans le quart nord-est du pays. Ainsi, de petites gelées pourront à nouveau se produire en fin de semaine dans ces régions, tout en restant de faible intensité et assez localisées. Dans un flux s'orientant au secteur sud-ouest en début de semaine prochaine, une nouvelle hausse est attendue sur tout le pays autour du 26 avril avant une énième baisse prévue pour les derniers jours du mois avec à clé, de la fraîcheur mais pas de températures exceptionnellement basses comme en début de mois. En effet, ce yo-yo des températures, typique du printemps, sera lié à des masses d'air issues de dépressions européennes et non du pôle, d'où une baisse du mercure moins marquée et un risque de gel restant limité.

Un risque de gelées en atténuation début mai

Conformément aux dernières tendances à plus long terme, un temps doux et sec devrait dominer au cours de la première quinzaine de mai, nous emmenant alors jusqu'aux fameux Saints de glace, les Saints Mamert, Pancrace et Servais célébrés les 11, 12 et 13 mai. Ainsi, le risque de gel marqué d'ici la mi-mai s'annonce désormais très limité.

Désormais, les dernières gelées en plaine se produisent autour du 15-20 avril contre début mai dans les années 1990.

D'ailleurs, les dates moyennes des dernières gelées en plaine se situent généralement entre le 15 et le 20 avril, jusqu'au 25 avril pour les plus tardives dans les régions du nord-est mais dès la fin mars pour les zones littorales. Ces dates calculées sur la période 2000-2020 se produisent en moyenne aujourd'hui une quinzaine de jours plus tôt que les dates calculées sur la période 1980-2000, conséquence directe du réchauffement climatique.