Canicule : pic d’intensité en fin de semaine, jusqu’à 45°C à l’ombre !

La canicule qui s’est mise en place en début de semaine continue de s’étendre tout en s’accentuant. Le pic d’intensité est prévu entre jeudi et vendredi selon les régions avec des pointes jusqu’à 45°C à l’ombre, un record !

Guillaume Woznica Guillaume Woznica 26 Juin 2019 - 03:00 UTC
La canicule sévit également dans les Alpes où des records de chaleur ont été battus mardi après-midi.
La canicule sévit également dans les Alpes où des records de chaleur ont été battus mardi après-midi.

On pensait les records de chaleur établis lors de la canicule historique d’août 2003 imbattables et pourtant... Avec la hausse des températures qui se poursuit jusqu’en fin de semaine, les maximales atteindront un niveau inédit dans les régions du sud, du centre et de l’est du pays. Si les thermomètres resteront à un niveau élevé et parfois record la nuit, ce sont les valeurs de l’après-midi qui seront les plus impressionnantes avec parfois plus de 40°C à l’ombre ou sous abri. Conjuguée à un taux d’humidité devenant important jeudi et vendredi, cette chaleur deviendra insupportable, en particulier dans les grandes agglomérations. Autre conséquence de la canicule, la qualité de l’air se dégrade de jour en jour avec le dépassement du seuil d’alerte pour la pollution à l’ozone dans de nombreuses régions.

Des températures exceptionnelles l’après-midi

Après la mise en place de la canicule entre lundi et mardi, cette journée de mercredi marque l’acte II de cet épisode caniculaire exceptionnel avec une extension des zones concernées vers l’ouest et surtout une accentuation de la chaleur. Ainsi, la barre des 40°C sera atteinte à Nevers, Besançon, Limoges ou encore Grenoble, avec même jusqu’à 41°C à Clermont-Ferrand. Dans toutes ces villes, il s’agira de nouveaux records pour un mois de juin voire pour tous mois confondus ! D’une manière plus générale, en dehors d’un petit quart nord-ouest, le seuil des « très fortes chaleurs », c’est-à-dire avec une température d’au moins 35°C, sera atteint partout. La nuit de mercredi à jeudi s’annonce également étouffante avec pas moins de 23 à 26°C dans les départements placés en vigilance orange canicule.

Mais il fera encore plus chaud les jours suivants. Jeudi, c’est le quart nord-est qui connaîtra son pic d’intensité avec souvent de 36 à 38°C, des valeurs au niveau des records pour un mois de juin en Alsace, Lorraine, Franche-Comté ou encore Bourgogne. Pendant ce temps, il fera 35°C à Paris, 37 à Bastia, 38 à Tours et Aurillac, 40°C à Bourges, Cognac, Grenoble et Toulouse, 41 à Lyon et Nîmes et même 42°C dans la Plaine de la Limagne. Vendredi, le pic sera atteint cette fois-ci dans les régions centrales et dans le sud-est avec des pointes entre 40 et 43°C et même jusqu’à 45°C sous abri entre le Gard, l’Ardèche et le Vaucluse. Les températures commenceront par la suite à baisser près de l’océan samedi puis dans toute la moitié nord dimanche.

Dans l'arrière-pays méditerranéen, des pointes à 45°C à l'ombre sont attendues vendredi.
Dans l'arrière-pays méditerranéen, des pointes à 45°C à l'ombre sont attendues vendredi.

Une journée de jeudi historique à l’échelle nationale

Jusqu’à présent, les 5 journées les plus chaudes en France ont été enregistrées au cours de la canicule d’août 2003. Ce classement a été établi à partir de l’indicateur thermique, une valeur qui correspond à la moyenne des températures minimales (du matin) et des températures maximales (de l’après-midi) dans 30 villes représentatives. Ainsi, l’indicateur thermique a atteint 29,4°C le 5 août 2003, suivi des 28,9°C du 9 août et des 28,7°C du 10 août. Avec une valeur moyenne autour de 30 à 30,5°C prévue jeudi, la France s’apprête donc à vivre sa journée la plus chaude jamais enregistrée.

Concernant le pic de cette canicule au niveau local, ce sont donc les 45°C attendus vendredi dans l’arrière-pays méditerranéen qui devraient constituer la valeur la plus élevée relevée par l’une des 600 stations météo de France. Jusque-là, ce sont les 44,1°C enregistrés à Conqueyrac (Gard) un certain 12 août 2003 qui détenaient la palme d’or. Ce classement bousculé dans les prochains jours vient confirmer le caractère exceptionnel de cet épisode caniculaire qui touche plus des 3/4 du pays.

Publicité