tameteo.com

Une vague de chaleur étendue a touché une grande partie du Groenland

Une vaste vague de chaleur a balayé le Groenland ces dernières semaines, poussant les températures au-dessus des 15°C dans la partie nord de l'île. Dans les secteurs les plus froids, les scientifiques ont pu être à l'extérieur en short, une chose rarement vue.

La canicule a produit des jets d'eau qui se sont déversés dans la mer.
La canicule a produit des jets d'eau qui se sont déversés dans la mer.

Ces dernières semaines, une vague de chaleur intense et étendue a touché le Groenland avec des températures qui dans certains secteurs ont dépassé les 15°C et ont permis d'être en manches courtes dans des zones très froides. Selon Copernicus, le programme d'observation de la Terre de l'Union Européenne, des températures élevées prolongées ont déclenché une fonte rapide de la calotte glaciaire, libérant quelque 6 milliards de tonnes d'eau par jour dans l'océan entre le 15 et le 17 juillet 2022.

Selon CNN, la quantité de glace qui a fondu à ce moment-là représente le volume d'eau de 7,2 millions de piscines olympiques. Les eaux au large des côtes du nord-ouest du Groenland sont restées calmes, mais les flaques d'eau qui s'accumulent sur les icebergs de la région sont le signe qu'une transformation est en cours plus haut sur la calotte glaciaire.

Le volume d'eau fondue à cette époque représente la couverture de toute la province de Jujuy avec plus de 35 centimètres d'eau.

La fonte rapide de la glace a été rendue visible par des rivières d'eau de fonte se précipitant dans l'océan. Les températures ont oscillé autour de 15,6°C, soit 10 degrés de plus que la normale pour cette période de l'année.

Un phénomène qui semble irréversible

S'adressant à CNN, Ted Scambos, chercheur principal au National Snow and Ice Data Center de l'Université du Colorado, a déclaré : "La fonte du Nord la semaine dernière n'est pas normale, compte tenu des moyennes climatiques sur 30 à 40 ans."

Chaque été, la communauté scientifique s'inquiète d'une répétition de la fonte record survenue en 2019, lorsque 532 milliards de tonnes de glace se sont déversées dans la mer. Une source chaude inattendue et une vague de chaleur en juillet de cette année-là ont fait fondre presque toute la surface de la calotte glaciaire. En conséquence, le niveau global de la mer a augmenté en permanence de 1,5 millimètre.

Un fait important pour comprendre l'ampleur du problème est que le Groenland à lui seul a suffisamment de glace que, si elle fondait, ferait monter le niveau de la mer de 7,5 mètres dans le monde. En février, une étude publiée a noté que des taux de fonte sans précédent ont été observés à la base de la calotte glaciaire du Groenland, causés par d'énormes quantités d'eau de fonte suintant de la surface. Cette eau est particulièrement préoccupante car elle peut déstabiliser la couche qui la surplombe et entraîner une perte massive et rapide de glace.

Problèmes pour les chercheurs

En 2020, des scientifiques ont découvert que la calotte glaciaire du Groenland avait fondu au-delà du point de non-retour. Cela signifie qu'aucun effort pour empêcher le réchauffement climatique ne peut l'empêcher de se désintégrer à terme car il a perdu sa stabilité. Des scientifiques de l'Ohio State University ont participé à cette recherche. Le taux de fonte ces dernières années dépasse tout ce que le Groenland a connu au cours des 12 000 dernières années, selon une autre étude, et est suffisant pour provoquer un changement mesurable du champ gravitationnel au-dessus du Groenland.

Les scientifiques ont pu jouer au volleyball en short à la base située au point le plus haut et le plus froid de l'île.
Les scientifiques ont pu jouer au volleyball en short à la base située au point le plus haut et le plus froid de l'île.

Assez paradoxalement, le travail des scientifiques pour comprendre l'impact du changement climatique est contrecarré par le changement climatique lui-même, en particulier au projet East Greenland Ice-core Project, ou EastGRIP, camp de recherche dans le nord-ouest du Groenland. Là, ils ont essayé d'obtenir des vols vers le camp pour pouvoir envoyer les carottes de glace qu'ils ont récemment collectées, mais la chaleur déstabilise le site d'atterrissage choisi sur la glace locale.

Les températures signalées sont trop élevées pour que les avions équipés de skis puissent atterrir. Pour éviter de perdre les échantillons, les carottes de glace ont été stockées dans de grandes grottes artificielles creusées dans la neige pour la protéger de la chaleur estivale.