Tornade, trombes d’eau, inondations... : une météo toujours déchaînée

Après un week-end déjà très orageux, de nouvelles cellules particulièrement vigoureuses ont touché de nombreuses régions entre lundi et mardi, faisant d’important dégâts et une victime. La situation va désormais lentement s’améliorer.

Les stigmates après le passage de l'orage à Beauvais témoignent de la violence des pluies et des inondations (photo Météo Nord Parisien)
Les stigmates après le passage de l'orage à Beauvais témoignent de la violence des pluies et des inondations (photo Météo Nord Parisien)

Les jours se suivent et se ressemblent en ce moment. Alors que la France est située au cœur d’un conflit de masses d’air depuis plusieurs jours, les orages sont nombreux et particulièrement violents quasi-quotidiennement. Phénomène aggravant, avec un flux très faible en altitude, les cellules orageuses qui se forment évoluent lentement. Certaines sont même stationnaires, ce qui peut rapidement provoquer des inondations et donc des dégâts. Il faudra patienter jusqu’à jeudi pour que le risque orageux disparaisse totalement en plaine, il se limitera alors uniquement aux reliefs de l’est du pays.

2 mois de pluie en 2h dans l’Oise, des inondations en Île-de-France

Lundi soir, c’est le département de l’Oise qui a été le théâtre d’intempéries. Entre 21h30 et 23h, un orage stationnaire a déversé localement plus de 100 mm de pluie au-dessus de l’agglomération de Beauvais, soit l’équivalent de ce qui tombe habituellement en deux mois à cette période de l’année. Conséquence immédiate dans cette zone urbanisée, d’importantes inondations se sont produites, touchant de nombreux bâtiments, parmi lesquels l’hôpital. C’est le Thérain, la rivière qui coule dans la ville, qui a très rapidement réagi, voyant alors sa cote passer de 0,70 m à 2,30 m en l’espace de quelques minutes, dépassant ainsi les crues de janvier 2018 et de mars 2001.

Les pompiers du département ont été rapidement submergés d’appels avec un total de 2.200 pour quelque 845 interventions. Cet orage diluvien, qui ne se produit en moyenne qu’une fois tous les 50 ans, a malheureusement fait une victime, un adolescent de 17 ans, qui a été emporté par la rivière en crue vers 23h30. Un peu plus tôt dans la soirée, c’est la ville de Reims qui a essuyé un nouvel orage et des trombes d’eau, inondant alors le centre-ville pour la 3ème fois en seulement deux semaines.

L’Île-de-France a également été touchée mardi matin. C’est l’ouest de l’agglomération parisienne qui a essuyé les plus fortes précipitations avec des cumuls estimés entre 80 et 100 mm entre Houilles, Sartrouville et Carrières-sur-Seine, 70 mm à Saint-Germain-en-Laye ou encore 59 mm à Clamart. Le cumul le plus élevé à Paris a été relevé près de l’hippodrome de Longchamp avec 41 mm. Sans surprise, des inondations se sont produites et notamment dans le secteur de Houilles avec des bouches d’égout qui se sont soulevées, des caves qui se sont remplies, des commerces et des écoles touchés. La situation s’est rapidement calmée en début d’après-midi.

Une tornade emporte le toit d’une ferme dans le Doubs

Après la tornade qui a sérieusement touché la commune de Saint-Nicolas-de-Bourgueil samedi après-midi, un nouveau phénomène venteux s’est formé dans le département du Doubs, à la frontière avec la Suisse, ce mardi. Dans la matinée, alors qu’une cellule orageuse circulait dans le secteur du Haut-Doubs, une tornade a littéralement soulevé le toit d’une ferme dans la petite commune de Verrières-de-Joux. Si elle n’a pas fait de blessé, les dégâts sont très importants. Outre sur le bâtiment, des arbres ont été couchés, des lignes électriques et téléphoniques ont été endommagées. Au total, sur cette journée de mardi, près de 10.000 éclairs ont été comptabilisés.

La situation va désormais lentement s’améliorer avec une instabilité de moins en moins présente. Si quelques averses orageuses pourront encore se produire mercredi entre le sud-ouest et les frontières de l’est, le risque de violents orages se limitera à la vallée du Rhône. À partir de jeudi, seuls les reliefs de l’est pourront encore essuyer quelques coups de tonnerre en cours de journée.