tameteo.com

Température record dans les hauteurs de la Suisse : 0°C à 5184 mètres !

Un record de température vient d'être confirmé en Suisse. L'agence météorologique nationale a signalé que l'isotherme 0 avait dépassé l'altitude de 5 000 m pour la deuxième fois, mais cette fois-ci, elle dépassait la limite précédente. Et le tout dans le contexte actuel de canicule en Europe.

À une altitude de 5 184 mètres, la température a atteint 0°C. C'est le résultat de la récente vague de chaleur qui a étouffé l'Europe et provoqué de nombreux incendies.
À une altitude de 5 184 mètres, la température a atteint 0°C. C'est le résultat de la récente vague de chaleur qui a étouffé l'Europe et provoqué de nombreux incendies.

La canicule actuelle a favorisé la montée de l'isotherme zéro degré en Suisse. Le niveau de congélation est normalement inférieur à 5 000 mètres d'altitude : cependant, aux premières heures du lundi 25 juillet, il a été enregistré à une altitude de 5 184 mètres, selon MétéoSuisse, l'Office fédéral suisse de météorologie et de climatologie. La mesure a été effectuée avec un ballon météo lancé depuis la station de Payerne.

Auparavant, une température record de 0°C à 5 117 mètres avait été atteinte : depuis 1995, l'isotherme zéro ne dépassait pas 5 000 mètres. Tenant compte du fait que le point culminant de la Suisse est Dufourspitze (Pico Dufour) avec 4 634 mètres, tous les sommets montagneux du pays étaient à cette époque sous des températures supérieures à zéro degré. Cette situation déstabilise les glaciers et les massifs rocheux, et peut entraîner des chutes de glace et des glissements de terrain, car il ne tombe pas beaucoup de neige pendant l'hiver.

Comme observé dans le sondage effectué à Payerne (Suisse) aux premières heures du 25 juillet, l'isotherme 0°C atteint une altitude de 5 184 m. Source : @meteosuisse.
Comme observé dans le sondage effectué à Payerne (Suisse) aux premières heures du 25 juillet, l'isotherme 0°C atteint une altitude de 5 184 m. Source : @meteosuisse.

Cette dernière mesure a battu un record de près de 30 ans. L'événement est lié à une masse d'air chaud qui s'est propagée vers les Alpes dans la nuit du 25 juillet, faisant monter la température en plusieurs points. Pendant l'été, des températures élevées ont également affecté ces sommets, ce qui a entraîné la fermeture de la voie d'ascension classique vers le célèbre mont Jungfrau en raison du danger d'avalanche.

Comment les Alpes réagissent-elles au changement climatique ?

Les glaciers alpins sont sur la bonne voie pour leurs plus grandes pertes de masse depuis au moins 60 ans, selon un communiqué relayé par l'agence Reuters. Les scientifiques analysent le taux de fonte d'un glacier à partir de la différence entre la quantité de neige tombée en hiver et la quantité de glace qui fond en été. Depuis l'hiver dernier, deux vagues de chaleur ont déjà touché les Alpes et les conséquences ont été dévastatrices.

Avec le changement climatique, la plupart des glaciers du monde reculent. A cela s'ajoute le fait que les Alpes, étant plus petites et ayant une fine couche de glace, sont plus exposées à des températures extrêmes. Pendant ce temps, les Alpes connaissent une hausse de température d'environ 0,3°C par décennie : elles se réchauffent environ deux fois plus vite que la moyenne mondiale.

Les projections climatiques indiquent que « si les émissions de gaz à effet de serre continuent d'augmenter, les glaciers alpins devraient perdre plus de 80 % de leur masse actuelle d'ici 2100 ». Compte tenu de la situation actuelle, il est à craindre que les glaciers disparaissent plus tôt que prévu. « Nous constatons que les résultats du modèle attendus dans quelques décennies se produisent maintenant », déclare Matthias Huss, directeur de Glacier Monitoring Switzerland (GLAMOS). Si des mesures ne sont pas prises à temps, les glaciers sont voués à périr, et ceux-ci est une terrible nouvelle.