Sécheresse : à quand le retour d'un temps très pluvieux ?

La sécheresse qui touche l’Hexagone depuis le mois de juin se poursuit. Peut-on enfin espérer un temps très pluvieux ces prochaines semaines ? Éléments de réponse.

Virginie Hilssone Virginie Hilssone 08 Sept 2019 - 03:00 UTC
Une grande sécheresse touche de nombreuses régions depuis le mois de juin.
Une grande sécheresse touche de nombreuses régions depuis le mois de juin.

Depuis le mois de juin, la France connaît un important épisode de sécheresse. A la date du 6 septembre, des mesures de restriction de l’usage de l’eau et de l’irrigation ont été mises en place dans 87 départements avec en tout 201 arrêtés préfectoraux selon le site ministériel Propluvia. En cause : le déficit de pluie de près de 14% enregistré l’hiver dernier et de 10% au printemps avec comme conséquence directe une recharge insuffisante en eau des nappes phréatiques. A cela s’ajoute la vague de chaleur qui a touché la France cet été, marqué par deux épisodes de canicule et de vent fort, et qui a asséché les sols superficiels et provoqué une sécheresse agricole. De plus, le manque de pluie durant cette période estivale n’a pas arrangé la situation.

Quelques pluies en août

Les sols restent bien secs sur une grande pays en ce début septembre avec une sécheresse particulièrement intense sur les régions méditerranéennes ainsi que sur un axe allant des régions du centre à la Lorraine, une zone qui enregistre des déficit de pluie de près de -50% par rapport à la normale. Pire, en Languedoc et sur la Provence, le déficit pluviométrique atteint même 70%.

Les nappes phréatiques restent bien aussi très déficitaires à l’est entre l’Auvergne et l'Alsace Lorraine. Et ce, malgré, les épisodes de pluie ou d'orages qui ont été observés la première quinzaine d'août sur certaines régions du nord ainsi que sur un axe allant des Pyrénées aux frontières de l'est. A Auxerre, il n’est par exemple tombé tout au plus 25 mm de pluie, 51 mm à Dijon, 41 mm à Angers et seulement 8 mm à Montélimar ! Il n’a aussi pas plu dans la capitale depuis le 18 août.

Cette séquence n'est pas exceptionnelle mais elle a permis à l'indice d'humidité des sols qui était redevenu excédentaire à la mi-août de repasser sous la normale. Les sols sont toutefois moins secs à Paris que dans les départements du Centre au Massif central ou jusqu'au Languedoc où l'indice est parfois à son niveau le plus bas pour cette époque de l'année.

Il n’a aussi pas plu dans la capitale depuis le 18 août.
Il n’a aussi pas plu dans la capitale depuis le 18 août.

Pas de temps perturbé en vue

Et pour ne rien arranger : c’est un temps sec et ensoleillé qui s’est installé sur la plupart de nos régions depuis près de 15 jours. Mais le premier arrosage significatif de la saison est attendu pour mardi dans le sud. Il est liée à une goutte froide qui viendra s'isoler ce jour-là au voisinage du golfe du Lion. Même si la situation ne semble pas exceptionnelle, on attend l'arrivée de bonnes pluies orageuses entre mardi après-midi et mercredi matin près de la Grande Bleue.

Difficile d'être précis pour l'instant au vu de l'échéance, mais des cumuls de 50 à 100 mm sont localement à redouter, plutôt entre le Gard et le Var. Ailleurs, aucun épisode de pluie significatif n’est attendu dans les 7 prochains jours, échéance durant laquelle les prévisions météo sont possibles et fiables : quelques perturbations tenteront leur chance, avec la persistance de pressions assez élevées, les cumuls de pluies resteront généralement faibles.

Publicité