Sardaigne : nouvelle invasion de sauterelles, découvrez les images

Le centre de la Sardaigne est confronté depuis quelques jours à l'émergence de criquets. Des millions d'insectes ont ainsi dévasté les champs de la moyenne vallée de Tirso.

Les sauterelles sont à nouveau un problème en Sardaigne, en particulier dans la province de Nuoro. Après la municipalité d'Orotelli, celle de Bolotana a également décrété l'état d'urgence et a demandé à la région de l'aider à faire face aux dégâts provoqués dans les champs de la moyenne vallée du Tirso.

Les insectes ont déjà détruit les pâturages et les plants de maïs qui poussaient, ainsi que l'orge et l'avoine. Au total, environ 2 000 hectares et une quarantaine de fermes d'Illorai, Bolotana, Orotelli, Orani, Ottana, Gavoi, Fonni et Sarule sont touchés. Cette situation d’urgence a mis à terre des centaines de fermes, de nombreux agriculteurs ayant été contraints d'avancer la récolte ou même tout simplement de la jeter.

Déjà en 2019, une urgence de ce type s'était produite avec une invasion de sauterelles, comme le montre la vidéo ci-dessous.

Il faut dire que depuis plusieurs mois, toutes les conditions étaient réunies pour une éventuelle arrivée d'insectes dans la campagne sarde. La terre où les nombreuses sauterelles avaient pondu leurs œufs l'année dernière n’avait pas été cultivée. Cela a ainsi favorisé leur prolifération jusqu'à cette année. L’association Coldiretti, qui représente les agriculteurs en Italie, parle d'une véritable "catastrophe biologique" qui affecte notamment la vallée de Tirso, au centre de la région. Les communes d'Ottana, Sarule, Orani, Escalaplano, Orotelli et Bolotana sont les plus touchées et ont dû mettre en place l'état d'urgence.

Si déjà l'année dernière, en juin, les troncs des arbres de la région étaient couverts de sauterelles, cette année la saison encore plus sèche et un nombre croissant de champs sous-cultivés, également en raison de l'urgence du coronavirus, ont exacerbé le problème. De plus, selon certains spécialistes, aucune prévention n'a été faite pour tenter d’enrayer ce problème de plus en plus présent.