Ouragans : un début de saison calme mais cela ne va pas durer...

Le premier mois officiel de la saison 2020 des ouragans dans l'Atlantique s'est achevé avec quatre tempêtes nommées. S'il n'y a aucune certitude que le mois de juillet sera une période active, nous pouvons néanmoins avoir une idée de ce que l'atmosphère nous réserve pour les semaines à venir.

Furacões em julho
Après un début de saison encore assez calme, les dernières tendances confirment une saison cyclonique en Atlantique plus active que la normale.
Historiquement, au cours des 10 premiers jours de juillet, les conditions de formation de tempêtes sont généralement favorables dans le golfe du Mexique et au large de la côte sud-est des États-Unis. Certaines tempêtes sont également connues pour se former près des Petites Antilles ou alors en s'éloignant vers l'Afrique, à proximité de la zone de convergence tropicale.

En regardant de plus près la climatologie, le début du mois de juillet n'a pas d'occurrences majeures d'ouragans dans l'Atlantique. L'activité cyclonique commence à augmenter de manière plus nette en août avant le pic généralement observé en septembre. Cette évolution est en partie due aux caractéristiques thermiques de l'eau. En effet, plus la température augmente et plus le risque de développement de tempêtes et d'ouragans croît.

Généralement, les températures à la surface de la mer et d'autres conditions sont propices à la formation des phénomènes cycloniques pendant la dernière partie de l'été même si la température de l'air commence, elle, à augmenter à la fin du printemps.

À mesure que le mois de juillet avance, de plus en plus de tempêtes commencent à se former dans la partie orientale et centrale du bassin Atlantique. En sachant maintenant où nous devons garder un œil pendant le mois de juillet, nous pouvons regarder les températures de surface de la mer. Au cours du mois de juin, les températures étaient supérieures à la moyenne dans une grande partie du bassin, y compris le golfe du Mexique. Actuellement, alors que la chaleur estivale se poursuit dans l'hémisphère Nord, nous remarquons qu'une grande partie de l'Atlantique continue de se réchauffer lentement.

Par ailleurs, ces dernières semaines ont mis en évidence le transport de poussières du Sahara vers l'Amérique. Or, des concentrations élevées de ces poussières peuvent en quelque sorte "étouffer" la formation d'ouragans. Pour l'heure, les niveaux de particules restent normaux. Il semble d'ailleurs peu probable que ces niveaux dépassent les valeurs typiques pour cette période de l'année au cours des prochaines semaines, ce qui ne devrait pas avoir d'influence sur l'activité des ouragans dans l'Atlantique cette saison.

Selon les dernières prévisions, nous pourrions même voir la menace liée aux ouragans se matérialiser la semaine prochaine. Certains modèles suggèrent que la goutte froide stagnante vers le nord de la Floride ce week-end pourrait conduire à une zone de basses pressions se déplaçant lentement vers la côte de la Caroline jusqu'au milieu de la semaine prochaine. Une fois que cette dépression aurait atteint le Gulf Stream, un phénomène tropical pourrait alors se former, vraisemblablement au stade de tempête.

En utilisant les prévisions issues des modèles numériques à long terme, nous pouvons avoir une idée de ce à quoi ressemblera juillet. À l'heure actuelle, elles indiquent le développement de zones dépressionnaires au large de l'Afrique d'ici une semaine. Déstabilisant l'atmosphère en altitude, les conditions deviendraient alors propices à la formation d'ouragans.

Les profils d'humidité du mois de juillet suggèrent également une période beaucoup plus humide que la normale dans le sud-est des États-Unis. Cela confirme ainsi la menace grandissante de tempêtes au cours des prochaines semaines. À suivre...