Les cyclones tropicaux sont devenus plus destructeurs depuis 40 ans

Au cours des quatre dernières décennies, la fréquence des cyclones tropicaux a augmenté. Ce constat a été fait sur la base d'une étude qui confirme la théorie selon laquelle la hausse de la température des océans entraîne des cyclones plus dangereux.

Cyclone tropical
L'analyse des données satellites de 1979 à 2017, a montré une augmentation des cyclones les plus destructeurs, c'est-à-dire avec des vents supérieurs à 185 km/h.

L'Australie est située le long de deux bassins océaniques où se forment des cyclones - au sud de l'océan Indien d'une part et au sud de l'océan Pacifique d'autre part - et où l'étude a identifié des tendances croissantes dans ces tempêtes plus destructrices. Les experts ont déclaré au Guardian Australia que cette découverte correspond aux prévisions des modèles climatiques et qu'elle est une conséquence de la hausse des températures océaniques donnant ainsi plus d'énergie aux tempêtes tropicales.

Cette étude confirme ce que les modèles climatiques prédisent depuis un certain temps, que la proportion des tempêtes les plus violentes augmentera à mesure que le climat se réchauffera.

Publiée dans les Actes de l'Académie Nationale de Sciences, l'étude a été réalisée par des scientifiques de la NOAA, l'agence américaine d'observation océanique et atmosphérique, aux États-Unis.

Les scientifiques expliquent que les tendances sont cohérentes avec les modèles climatiques et que cette constatation "renforce l'idée que les cyclones tropicaux sont devenus beaucoup plus forts et qu'il y a probablement une interférence humaine dans cette augmentation." La probabilité qu'un cyclone atteigne des vitesses de les vents dépassant 185 km/h ont augmenté d'environ 15% au cours des 39 années étudiées.

Que dit l'étude ?

En plus d'analyser le nombre de cyclones mondiaux, cette étude a également analysé les changements d'intensité des cyclones par région. Ainsi, le sud de l'océan Indien et de l'océan Pacifique a connu une augmentation du nombre de tempêtes plus intenses, bien que les tendances dans chaque région ne soient pas aussi pertinentes, en raison du nombre plus petit de cyclones (moins de cyclones, mais plus intenses).

Le scientifique Hamish Ramsay souligne que, en plus d'augmenter la vitesse du vent dans les cyclones, le réchauffement des océans devrait également avoir un effet sur la quantité de précipitations lors des phénomènes cycloniques. Dans le rapport australien sur l'état du climat de 2018, il est possible de voir que, depuis 1982, il y avait une tendance à la baisse du nombre de cyclones tropicaux dans la région australienne, mais il n'a pas été possible de voir une tendance sur l'intensité de ces tempêtes.

Le Dr Greg Holland, scientifique au Centre national de recherche atmosphérique du Colorado, étudie les cyclones depuis environ 40 ans et déclare que malgré les arguments légitimes sur ces tendances, en ce qui concerne les cyclones tropicaux : "Le travail va dans le même sens : la proportion des cyclones les plus intenses augmente". Il souligne également que "lorsque l'océan se réchauffe, l'intensité des cyclones augmente. Cela représente une augmentation de 5% ou 10% de la force du vent pour chaque degré de réchauffement dans l'océan."