tameteo.com

Les tortues marines, une espèce en danger face au réchauffement climatique

En Floride, un bouleversement concerne cet été les naissances des tortues marines. 99% des nouveau-nés sont des femelles : cela va poser un sérieux problème pour la préservation de l'espèce à long-terme. Le responsable ? Le réchauffement climatique, encore…

Tortue marine bébé sable
Le sexe des bébés tortues est déterminé par la température du sable sur lequel se développent les œufs.

C'est un constat surprenant : en Floride, aux Etats-Unis, depuis plusieurs semaines, un bouleversement est observé dans les naissances de tortues marines. 99% des nouveau-nés sont en effet des femelles. L'arithmétique est simple : si ce déséquilibre se poursuit, alors la question de la survie de l'espèce va se poser

Une température du sable déterminante

Le sexe du bébé tortue n'est pas déterminé lors de la fécondation : comme pour les alligators, certains lézards ou même des poissons, c'est la température du sable sur lequel se développent les œufs qui va déterminer si la future tortue sera un mâle ou une femelle.

En-dessous de 27,7°C, c'est une tortue mâle qui se développera dans l'œuf, alors qu'au-dessus de 31°C, c'est une tortue femelle qui naîtra. La zone intermédiaire entre 27,7 et 31°C est en revanche plus aléatoire, selon l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique.

Le problème est qu'en Floride, l'été extrêmement chaud en cours a fait monter la température du sable de nidification au-delà de 31°C. Cela explique donc que ces dernières semaines, presque la totalité des bébés tortues sont des femelles (99%). Une situation inquiétante, car cette anomalie chaude en été se produit depuis 4 ans dans l'Etat de Floride.

Une espèce en danger ?

Les scientifiques craignent pour la survie de l'espèce. Selon la même agence américaine, une trop faible proportion de mâle pourrait mener à l'extinction de l'espèce en Floride. L'inquiétude vient du fait que ce phénomène s'est aussi déjà produit au Cap-Vert ou en Australie.

Cette disparition probable (d'autant que la situation se reproduit désormais chaque été) est la conséquence (encore une autre…) du réchauffement climatique. Par ailleurs, les femelles tortues qui naissent dans un environnement plus chaud ont tendance à être de plus petite taille, et ont plus de risques d'être mangées par des crabes en rejoignant l'océan.

Un seul espoir toutefois : seulement quelques mâles sont vraiment nécessaires dans une population de tortues pour féconder les œufs. D'ailleurs, des nids composés de 90% de femelles ont souvent été observés. En revanche, s'il n'y a aucun mâle, alors la fécondation n'a pas lieu, il n'y a plus de naissances, et l'espèce s'éteint… Les prochaines années et les prochains étés seront cruciaux !