Le rôle de l'eau dans les grandes catastrophes des 50 dernières années

Les risques liés à l'eau arrivent en tête de liste des catastrophes en termes de pertes, tant humaines qu'économiques, au cours du dernier demi-siècle. L'OMM appelle au renforcement des systèmes d'alerte précoce multirisques.

Image aérienne de la récente inondation tragique en Allemagne. Crédits : Rhein-Erft-Kreis / AP
Image aérienne de la récente inondation tragique en Allemagne. Crédits : Rhein-Erft-Kreis / AP

Une analyse complète de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) révèle que les phénomènes dangereux liés à l'eau sont en tête de liste des catastrophes en termes de pertes humaines et économiques au cours des 50 dernières années.

Sur les 10 pires catastrophes, celles qui ont causé le plus de pertes humaines au cours de cette période ont été les sécheresses (650 000 morts), les tempêtes (577 232 morts), les inondations (58 700 morts) et les températures extrêmes (55 736 morts).

Parmi les 10 pires catastrophes en termes de pertes économiques figurent les tempêtes (521 milliards de dollars US) et les inondations ( 115 milliards de dollars US).

Les données montrent qu'au cours des 50 dernières années, les événements météorologiques, climatiques et hydrologiques ont représenté 50 % de toutes les catastrophes survenues, ont causé 45 % de tous les décès signalés et 74 % de toutes les pertes économiques enregistrées dans le monde.

Ces conclusions sont tirées de l'Atlas de l'OMM sur la mortalité et les pertes économiques dues aux événements météorologiques, climatiques et hydrologiques extrêmes (1970-2019), qui sera publié avant l'Assemblée générale des Nations Unies en septembre. Les données de l'Atlas proviennent de la base de données internationale sur les catastrophes (EM-DAT) du Centre de recherche sur l'épidémiologie des catastrophes (CRED).

Le changement climatique est là

"Les risques météorologiques, climatiques et hydriques deviennent de plus en plus fréquents et intenses en raison du changement climatique. Les pertes humaines et économiques causées par les fortes pluies et les inondations dévastatrices de la semaine dernière en Europe centrale et en Chine ont eu des conséquences tragiques", a déclaré le secrétaire général de l'OMM, le professeur Petteri Taalas.

"Les vagues de chaleur sans précédent qui ont frappé l'Amérique du Nord récemment sont clairement liées au réchauffement climatique", a ajouté Taalas, citant une analyse d'attribution rapide selon laquelle le changement climatique, causé par les émissions de gaz à effet de serre, a augmenté la probabilité que la vague de chaleur se produise au moins 150 fois.

"Mais de plus en plus, les épisodes de pluies intenses portent également l'empreinte du changement climatique. Au fur et à mesure que l'atmosphère se réchauffe, elle retient plus d'humidité, ce qui signifie qu'il pleuvra davantage pendant les tempêtes, augmentant ainsi le risque d'inondation", a-t-il expliqué.

"Aucun pays - développé ou en développement - n'est à l'abri de ce phénomène. Le changement climatique est déjà là. Nous devons absolument investir davantage dans l'adaptation au changement climatique, et l'un des moyens d'y parvenir est de renforcer les systèmes d'alerte précoce multirisques."