tameteo.com

Les nuages peuvent amplifier le réchauffement climatique jusqu'à 3°C

Une nouvelle étude analysant les données satellitaires mondiales fournit la preuve la plus solide à ce jour que les nuages intensifieront le réchauffement planétaire à long terme et aggraveront le changement climatique.

Les nuages sont très susceptibles d'amplifier le réchauffement climatique et d'exacerber le changement climatique, selon une nouvelle étude.
Les nuages sont très susceptibles d'amplifier le réchauffement climatique et d'exacerber le changement climatique, selon une nouvelle étude.

Les nuages sont l'une des grandes inconnues de la science du climat ; selon leurs propriétés, telles que la densité et la hauteur dans l'atmosphère, ils peuvent atténuer ou augmenter le réchauffement atmosphérique. Les nuages bas ont souvent un effet rafraîchissant en empêchant le soleil d'atteindre la surface de la Terre. Les nuages hauts, cependant, permettent à l'énergie solaire d'atteindre le sol ; lorsque cette énergie est émise par la terre, elle est piégée par les nuages, renforçant l'effet de serre et réchauffant la planète. Ainsi, le type et la quantité de nuages qu'un monde en réchauffement peut produire aura des impacts supplémentaires sur le potentiel de réchauffement.

L'impact des nuages sur la sensibilité climatique - une mesure de la force avec laquelle le climat réagira à un doublement des niveaux de dioxyde de carbone préindustriels - est incertain, mais une nouvelle étude suggère qu'il entraînera un réchauffement du climat de plus de 3°C.

L'étude

Des chercheurs de l'Imperial College de Londres et de l'Université d'East Anglia ont développé une nouvelle méthode, inspirée de l'IA, pour quantifier la relation entre les observations mondiales de pointe des nuages par satellite et les conditions de température, d'humidité et de vent associées.

À partir de là, ils ont pu mieux comprendre comment les nuages changeront à mesure que la Terre se réchauffera. Il est très probable - avec plus de 97,5% de probabilité - que les nuages aggraveront le réchauffement climatique en réfléchissant moins le rayonnement solaire et en renforçant l'effet de serre.

Les nuages élevés permettent à plus d'énergie solaire d'atteindre la surface de la Terre que les nuages plus substantiels à des niveaux inférieurs.
Les nuages élevés permettent à plus d'énergie solaire d'atteindre la surface de la Terre que les nuages plus substantiels à des niveaux inférieurs.

L'étude suggère qu'un doublement des concentrations de dioxyde de carbone entraînera un réchauffement d'environ 3,2°C – supérieur au chiffre fixé par l'Accord de Paris, qui vise à maintenir l'augmentation de la température mondiale moyenne à moins de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels. pour réduire considérablement l'impact du changement climatique.

"La valeur de la sensibilité climatique est très incertaine, et cela se traduit par une incertitude dans les futures projections de réchauffement climatique et dans le « budget carbone » restant – combien nous pouvons émettre avant d'atteindre les objectifs communs de 1,5°C ou 2°C réchauffement", déclare le Dr Paulo Ceppi du Grantham Institute de l'Imperial College de Londres, co-auteur de l'article publié dans les Actes de la National Academy of Science.

Nos résultats signifient que nous sommes plus confiants dans les projections climatiques et que nous pouvons obtenir une image plus claire de la gravité du changement climatique futur.

"Il y a donc un besoin critique de quantifier plus précisément comment les nuages affecteront le futur réchauffement climatique. Nos résultats signifient que nous sommes plus confiants dans les projections climatiques et que nous pouvons obtenir une image plus claire de la gravité du changement climatique futur. Cela devrait nous aider à connaître nos limites et à prendre des mesures pour les respecter."

Indice de confiance élevé

Cette étude fournit la confiance la plus élevée à ce jour et est basée sur des régions mondiales plutôt que locales ou sur un type de nuages spécifiques.

"Au cours des dernières années, il y a eu de plus en plus de preuves que les nuages ont probablement un effet amplificateur sur le réchauffement climatique, explique le Dr Peer Nowack de l'Université d'East Anglia et du Grantham Institute. "Cependant, notre nouvelle approche nous a permis pour la première fois de définir une valeur globale pour cet effet de rétroaction en utilisant uniquement les données satellitaires de la plus haute qualité."