Le froid va-t-il revenir début avril ?

Depuis plusieurs jours, les modèles météorologiques envisagent un net refroidissement pour le début du mois d’avril. Quel en sera l'ampleur ? Faut-il craindre le retour de la neige ? Éléments de réponse.

Clément Meirone Clément Meirone 28 Mars 2019 - 00:00 UTC
strasbourg © clément meirone
Froid et humidité seront de retour pour le début du mois d'avril, mais pas au point de recouvrir les plaines de neige.

Alors qu’une fin de semaine plutôt agréable s’annonce, avec des températures printanières sur le sud du pays, les conditions pourraient radicalement changer pile pour le passage en avril. Et cela n’est pas un poisson !

Les modèles météorologiques sont à peu près tous d’accord pour ce qui est de la chute des températures en début de semaine prochaine, ainsi que du retour de l’humidité sur une grande partie nord du pays. Néanmoins, les incertitudes restent grandes à cette échéance…

Chute des températures à partir de mardi-mercredi

En prenant un peu de hauteur, on constate que les hautes pressions, qui dominent depuis un petit moment sur la France, vont se rétracter vers l’Atlantique. A partir du 2 ou du 3 avril, elles laisseront place à des basses pressions qui descendront du nord de l’Europe, pour s’étendre jusqu’à la Méditerranée. Il est encore un peu tôt pour savoir où exactement se situera la France par rapport à cette descente polaire, ce qui pourrait changer pas mal de chose à l’échelle locale.

Concrètement, de l’air humide et froid devrait donc arriver par le nord à partir de mercredi prochain, apportant des averses principalement sur le nord-est du pays. Avec le refroidissement, ces averses seront souvent neigeuses dès les premiers reliefs. Quelques giboulées de grésil ou neige fondue ne sont pas exclues en plaine, préférentiellement vers le Grand-Est.

châtel © clément meirone
La neige sera de retour en montagne, à des altitudes parfois assez basses. Ici Châtel, en Haute-Savoie.

Le vent de nord se renforcera considérablement à partir de mercredi, consolidant davantage l’impression de froid sur les 2/3 est du pays. A noter toutefois qu’en raison du Mistral, il ne pleuvra quasiment pas sur le sud-est de la France, ce qui n’est pas une très bonne nouvelle avec la sécheresse qui y règne depuis le début de l’année.

Un petit coup de froid qui n’a rien d’exceptionnel

Les températures minimales devraient afficher des gelées partout ou presque en milieu de semaine prochaine, ce qui n’est pas forcément très appréciable pour la végétation après la douceur de la fin février. Côté températures maximales, elles seront parfois bien inférieures aux 10 degrés sur le nord-est du pays.

Ces températures, certes fraiches et inférieures aux normales de saison, n’ont rien d’exceptionnelles. Elles arrivent un peu tardivement mais il est d’habitude de dire que tant que les Saints de Glaces ne sont pas passés, des gelées restent possibles à tout instant.

Enfin, ces prévisions devront être affinées en fin de cette semaine, en fonction des dernières projections pour le début du mois d’avril.

Publicité