tameteo.com

Le cycle solaire 25 s'intensifie et provoque des pannes d'électricité

De graves coupures de courant radio à ondes courtes ont été signalées à la mi-avril, au milieu d'une importante tempête géomagnétique. Nous pourrions nous diriger vers un cycle solaire inhabituellement intense, avertissent les experts.

Les cycles solaires ont commencé à être numérotés en 1755. Le nombre actuel 25 se dirige vers un maximum prévu pour juillet 2025.
Les cycles solaires ont commencé à être numérotés en 1755. Le nombre actuel 25 se dirige vers un maximum prévu pour juillet 2025.

À la mi-avril, la Terre a été prise au milieu d'une tempête géomagnétique, qui a provoqué une grave panne de radio à ondes courtes en Asie du Sud-Est et en Australie.

Selon le Space Weather Prediction Center (SWPC) des États-Unis, dépendant de l'agence américaine responsable de l'étude de l'océan et de l'atmosphère (NOAA), l'éruption solaire a atteint son apogée à 03h34 UTC le 17.

L'éruption, classée R3 X1 pour sa (forte) intensité, a déclenché une éjection de masse coronale. L'explosion a été enregistrée comme une tempête solaire de classe X1.1 et a duré environ 34 minutes, selon les responsables du SWPC.

Le cycle solaire 25

Cet événement récent s'est produit dans le contexte d'une activité accrue dans le cycle solaire actuel 25, dont le maximum est attendu en juillet 2025. Le minimum solaire le plus récent a eu lieu en 2019, lorsque pendant une période de 274 jours le Soleil n'a pas eu de tache solaire. Depuis décembre de cette année-là, le cycle actuel a commencé.

Selon ce qui a été indiqué au média espagnol "El Mundo" par Rafael Bachiller, directeur de l'Observatoire astronomique national (Institut géographique national) et universitaire de l'Académie royale des médecins d'Espagne, tout semble indiquer que le cycle solaire 25 va être beaucoup plus actif de ce qui était le cycle 24.

Les images capturées du Soleil ces derniers jours révèlent une structure complexe de zones actives à la surface de notre étoile : taches solaires, renflements, éruptions et trous dans la couronne. En fait, depuis septembre 2020, le nombre de taches solaires dépasse les niveaux prévus, ce qui suggère que nous pourrions être dans un cycle d'activité inhabituellement intense.

Si au maximum du cycle 24 le Soleil était peuplé de 115 taches, certaines prédictions indiquent qu'au cycle 25 il pourrait atteindre un maximum d'environ 130. Cependant, selon d'autres prédictions, le Soleil pourrait avoir deux cents taches à son maximum de 2025.

L'histoire des cycles solaires

L'activité solaire est mesurée par le nombre de taches solaires visibles : le nombre dit de Wolf. Ce nombre varie périodiquement, suivant un cycle d'environ 11 ans (la durée des cycles peut varier d'environ 9 à 13 ans). Au début d'un cycle, la surface solaire est débarrassée de taches, c'est le minimum solaire. Mais, petit à petit, des taches commencent à apparaître aux hautes latitudes solaires, qui se multiplient ensuite et se propagent vers les régions équatoriales, jusqu'à ce que le maximum solaire soit atteint, explique Bachiller.

Étudier l'évolution des taches solaires est extrêmement important car ce sont elles qui provoquent les éruptions solaires. Lorsque le cycle des taches solaires atteint son maximum, le Soleil est le plus actif, et c'est à ce moment que se déclenchent les plus grosses tempêtes solaires qui, si elles sont dirigées vers la Terre, peuvent endommager les systèmes de haute technologie dont nous dépendons tant.

Les cycles solaires ont commencé à être dénombrés en 1755. Le cycle 1 s'appelait la période 1755-1766 et, depuis lors jusqu'à maintenant, 24 cycles ont été complétés.