tameteo.com

La Voie lactée contiendrait plusieurs planètes semblables à la Terre !

Et ce qui semblait impossible a été découvert ! Une étude a récemment montré que l'eau peut être présente dans la formation d'une planète. La Voie lactée contiendrait plusieurs planètes semblables à la Terre avec des océans et des continents. Les explications.

L'eau peut être présente dans la formation d'une planète
Selon une nouvelle hypothèse, la Terre a accumulé ses dépôts d'eau dans le premier million d'années de sa formation sous l'effet de la glace et des chondrites de carbone.

Les astronomes ont longtemps regardé le vaste univers dans l'espoir de découvrir d'autres civilisations. Mais pour qu'une planète abrite la vie, de l'eau liquide doit être présente. La probabilité de ce scénario semblait impossible à calculer car on suppose que des planètes comme la Terre ont obtenu de l'eau par hasard lorsqu'un gros astéroïde de glace a frappé la planète.

Désormais, des chercheurs de l'Institut GLOBE de l'Université de Copenhague ont publié une étude révélatrice, indiquant que l'eau peut être présente dans la formation d'une planète. Selon les calculs de l'étude, cela est vrai pour la Terre, Vénus et Mars.

Si les planètes de notre galaxie ont les mêmes éléments constitutifs et les mêmes conditions de température que la Terre, il y a aussi de fortes chances qu'elles puissent avoir la même quantité d'eau.

Selon le professeur Anders Johansen, du Centre pour la formation des étoiles et des planètes, toutes les données suggèrent que l'eau faisait partie des éléments constitutifs de la construction de la Terre depuis le début. Et comme la molécule d'eau est fréquente, il y a une chance raisonnable qu'elle s'applique à toutes les planètes de la Voie lactée. Le point décisif pour savoir si de l'eau liquide est présente est la distance de la planète à son étoile.

À l'aide d'un modèle informatique, Anders Johansen et son équipe ont calculé la vitesse à laquelle les planètes se forment et à partir de quels blocs de construction. L'étude indique qu'il s'agissait de particules millimétriques de glace et de poussière de carbone qui gravitent autour de toutes les jeunes étoiles de la Voie lactée.

« Au point que la Terre a atteint 1% de sa masse actuelle, notre planète s'est développée en capturant des masses de fragments minéraux (cailloux) remplis de glace et de carbone. La Terre a grandi rapidement jusqu'à ce qu'au bout de cinq millions d'années, elle devienne aussi grande que nous le savons aujourd'hui. En cours de route, la température à la surface a augmenté de façon spectaculaire, provoquant l'évaporation de la glace dans les galets à la surface, de sorte qu'aujourd'hui seulement 0,1% de la planète est composée d'eau, alors que 70% de la la surface est recouverte d'eau », explique Anders Johansen.

Cette théorie, appelée «ajout de cailloux», montre que les planètes sont formées par des fragments de minéraux ou de roches, qui se rassemblent, rendant les planètes de plus en plus grandes. Johansen explique que la molécule d'eau H2 se trouve partout dans notre galaxie et que la théorie ouvre donc la possibilité que d'autres planètes se soient formées de la même manière que la Terre, Mars et Vénus.

Des chercheurs de l'Institut GLOBE de l'Université de Copenhague ont publié une étude révélatrice, indiquant que l'eau peut être présente dans la formation d'une planète.

Si les planètes de notre galaxie ont les mêmes éléments constitutifs et les mêmes conditions de température que la Terre, il y a aussi de fortes chances qu'elles puissent avoir à peu près la même quantité d'eau et de continents que notre planète.

Si, en revanche, la quantité d'eau présente sur les planètes était aléatoire, elles pourraient être très différentes. Certaines planètes seraient trop sèches pour développer la vie, tandis que d'autres seraient complètement recouvertes d'eau.

"Une planète recouverte d'eau serait certainement bonne pour les êtres marins, mais elle offrirait des conditions qui sont loin d'être idéales pour la formation de civilisations capables d'observer l'univers", a déclaré Anders Johansen.