La neige fond en montagne : inquiétant pour la suite de la saison ?

Après un début de saison exceptionnel grâce à des épaisseurs de neige remarquables, c’est la douche froide depuis quelques jours avec un net redoux, faisant fondre la neige à vitesse grand V. Doit-on s’en inquiéter pour la suite de la saison ?

Si le soleil est de retour pour ce passage à la nouvelle année, la douceur fait fondre considérablement le manteau neigeux en montagne.
Si le soleil est de retour pour ce passage à la nouvelle année, la douceur fait fondre considérablement le manteau neigeux en montagne.

« C’est un peu tout l’un ou tout l’autre ! » Voilà comment pourrait être résumée la situation en montagne en cette fin des vacances de Noël. Alors qu'elles avaient démarré de la meilleure des manières après un an et demi de fermeture des remontées mécaniques pour cause de COVID, voilà que l’enneigement fait des siennes. Qualifié de remarquable il y a une dizaine de jours, il est désormais déficitaire voire même nul pour les stations de basse altitude. La faute à un redoux très marqué avec des températures exceptionnellement élevées pour la saison de jour comme de nuit.

Disparition de la neige dans les Vosges, le Jura et l’Auvergne

Sans surprise, avec les records de douceur battus ces dernières heures, l’or blanc est en voie de disparition jusqu’en moyenne montagne. Ainsi, seuls quelques centimètres sont encore mesurés à 1200 m dans les Vosges tandis que le blanc a viré au vert à des altitudes inférieures. C’est à peine plus dans le Haut-Jura et le Haut-Doubs avec 5 cm mesurés à 1300 m tandis que le Massif Central s’en sort un peu mieux avec encore une vingtaine de centimètres de poudreuse à 1500 m, essentiellement en versant nord. Mais avec le soleil et la grande douceur du week-end, il n’y aura plus rien pour le début d’année.

Ailleurs, la situation est un peu moins délicate avec des stations de sports d’hiver aux altitudes plus élevées et en raison de l’air froid qui a résisté plus longtemps qu’ailleurs dans les vallées intérieures des Alpes. Ainsi l’enneigement est plus préservé dans le Beaufortain et les Bauges avec 45 cm mesurés à 1000 m. Ailleurs, c’est un peu moins bien mais dès lors que l’on monte à 1500 et surtout 2000 m, le manteau neigeux redevient plus uniforme avec 1,10 à 1,50 m à 2000 m et même jusqu’à 170 cm mesurés dans le Massif des Aravis.

Dans les Alpes du Sud, l’or blanc a en revanche disparu à 1000 m d’altitude tandis qu’il affiche une petite vingtaine de centimètres à 1500 m. Le cumul monte à 40 cm à 2000 m puis entre 60 et 1000 cm à 2500 m. Côté Pyrénées, les paysages enneigés n’apparaissent qu’au-dessus de 1500 m avec des cumuls encore conséquents à 2000 m, dépassant souvent 1,20 m. Il faut dire que la chaîne pyrénéenne avait battu des records d’enneigement pour la saison juste avant le début des vacances de Noël.

Une situation difficile mais qui peut vite changer

Face à ce constat, le ressenti des vacanciers sera bien différent, entre ceux partis la semaine de Noël et ceux qui ont assisté au redoux et à la fonte de la neige la semaine du Nouvel An. Le début du mois de janvier s’annonce donc compliqué pour les stations de basse altitude avec un retour à la case départ et un enneigement nul. Et ce ne sont pas les quelques faibles chutes de neige attendues en deuxième partie de semaine prochaine qui changeront la donne car la limite pluie-neige sera encore élevée et les quantités resteront faibles.

Les quelques précipitations attendues en milieu de semaine prochaine se produiront sous forme de neige uniquement sur le nord des Alpes.
Les quelques précipitations attendues en milieu de semaine prochaine se produiront sous forme de neige uniquement sur le nord des Alpes.

La suite est plus incertaine avec des températures proches de la normale pour le mois de janvier selon les dernières tendances, laissant ainsi la porte à des incursions froides et surtout neiges, y compris à basse altitude. Rappelons que la situation peut très vite changer en montagne. Il y a seulement deux ans, la neige était absente pour les vacances de Noël 2019 dans les Vosges, le Jura ou encore l’Auvergne. Mais dès la première quinzaine de janvier, elle faisait son grand retour et permettait ainsi aux stations d’ouvrir leur domaine à toutes altitudes jusqu’à Pâques… Tout est donc encore possible !