Insolite : ces vaches qui vont aux toilettes pour protéger la planète

L'élevage contribue fortement aux émissions de gaz à effet de serre. Pour tenter d'y remédier, un groupe de scientifiques a essayé avec succès la méthode MooLoo, apprenant aux veaux à uriner dans un endroit spécialement aménagé dans l'étable. Et non, ce n'est pas une blague !

GES Vache Méthane MooLoo
Les scientifiques ont entraîné avec succès des veaux Holstein à utiliser des « toilettes » désignées. Les animaux entraient seuls dans le MooLoo lorsqu'ils avaient besoin d'uriner. Crédits : FBN.

Les gaz à effet de serre (GES), tels que le méthane (CH4), le dioxyde de carbone (CO2) et l'oxyde nitreux (N2O), sont libérés par les activités du secteur de l'élevage et contribuent de manière significative aux émissions anthropiques totales de GES mondiales. Selon les données publiées par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), on estime que les chaînes de production animale ont émis un total mondial de 8,1 gigatonnes d'équivalent CO2 en 2010.

Dans le monde, 10% de toutes les émissions anthropiques de GES proviennent de l'élevage, et sur ce pourcentage, le CH4 représente 50 %, le N2O 24% et le CO2 26% des émissions totales de l'élevage.

Les émissions varient selon les espèces animales. Les bovins (à la fois pour la production de viande et de lait) sont le plus gros émetteur de GES avec environ 5 gigatonnes de CO2-eq, et cela représente 62 %, tandis que les porcs, les volailles, les buffles et les petits ruminants, représentent entre 7 et 11% des émissions de l'élevage.

C'est pourquoi un groupe de scientifiques en Allemagne a concentré ses études sur le bétail à la recherche de solutions. Ils tentent de réduire les émissions de GES provenant des déjections des vaches en contrôlant leur évacuation à l'intérieur des étables plutôt qu'à l'extérieur. L'idée est d'entraîner les veaux à utiliser une « toilette » désignée, puis les scientifiques collectent les urines des animaux et effectuent un traitement pour empêcher l'ammoniac de réagir en se mélangeant au sol et en se transformant en N2O, qui est un puissant GES.

Expérience réussie sur la méthode "MooLoo"

Le vrai problème de la libération de GES provenant des déchets du bétail a donné lieu à une étude sérieuse récemment publiée dans la revue Current Biology. Des chercheurs de l'Université d'Auckland, en Nouvelle-Zélande, ont tenté d'apprendre à 16 vaches à utiliser "les toilettes" surnommées "MooLoo" dans une ferme en Allemagne appartenant à l'Institut de recherche pour la biologie des animaux de ferme.

Dans le laboratoire de Dummerstorf, les chercheurs ont imité la formation d'un jeune enfant, plaçant les vaches dans un enclos spécial, attendant qu'elles urinent, puis leur donnant une récompense - un liquide sucré composé principalement de mélasse - en guise de récompense. Si, au lieu de cela, les vaches urinaient à l'extérieur du MooLoo après l'entraînement initial, elles recevaient un jet d'eau froide pendant trois secondes, a expliqué Lindsay Matthews, chercheur principal de l'étude.

Poursuivant le processus d'enseignement, ils ont laissé ces 16 veaux Holstein errer dans les installations intérieures. Le résultat les a surpris, car lorsque plusieurs de ces animaux ont dû uriner ils se sont retrouvés dans le corral, ils avaient appris à le faire et ils ont obtenu leur douce récompense.

Ils ont continué à élargir la distance entre les animaux et les installations de MooLoo, jusqu'à ce qu'au bout de 15 séances, les chercheurs constatent que 11 des 16 animaux ont été dressés avec succès, puisque les vaches ont commencé à entrer dans le MooLoo d'elles-mêmes lorsqu'elles avaient besoin d'uriner.

Vache MooLoo Méthane GES
Les animaux ont été récompensés par des « gâteries » pour avoir utilisé les toilettes MooLoo désignées. Crédits : FBN

Selon l'étude, les veaux ont montré un niveau de performance comparable à celui des enfants, et même supérieur à celui des très jeunes enfants (moins de deux ans), puisqu'il n'a fallu que 15 jours pour entraîner les jeunes veaux. De plus, les chercheurs affirment que la réduction des niveaux d'urine dans la zone de vie des animaux améliorera leur hygiène et leur bien-être.

Une seule vache peut produire environ 30 litres d'urine par jour, c'est pourquoi les scientifiques disent que capturer 80% dans un modèle comme le MooLoo pourrait conduire à une réduction de 56% des émissions d'ammoniac.

Sources animales d'émissions de GES

Les émissions du secteur de l'élevage proviennent de quatre processus. La fermentation entérique fait référence au gaz méthane généré lors de la digestion des ruminants et des monogastriques (la qualité de l'alimentation est étroitement liée). Ensuite, il y a le fumier, en tant que source de méthane et de N2O, le premier est généré lors de la décomposition anaérobie de la matière organique, tandis que le second est un produit de la décomposition de l'ammoniac contenu dans le fumier.

Le troisième processus est la production d'aliments pour animaux (aliments préparés pour les animaux selon les réglementations légales, avec un mélange de composés), les émissions de CO2 proviennent de l'expansion des pâturages et des terres agricoles utilisées pour l'alimentation animale, la fabrication d'engrais et de pesticides pour ces cultures et leur traitement et leur transport.

Et enfin, la consommation d'énergie tout au long de la chaîne de production, depuis l'utilisation des machines agricoles, la consommation d'énergie dans les fermes elles-mêmes, le transport des animaux, la transformation, le conditionnement et le transport final des produits d'origine animale qui génèrent des émissions de GES.