Coût environnemental de la cryptomonnaie, Elon Musk renonce au bitcoin

Elon Musk, le PDG de Tesla, a annoncé sur Twitter qu'il ne sera plus possible d'acheter ses voitures grâce à la cryptomonnaie, qu'il reconnait comme étant très énergivore et donc nuisible pour l'environnement.

Bitcoin
Lionel Aré, spécialiste de la cryptomonnaie explique qu'acheter "une Tesla en bitcoin revient, pour le seul acte d'achat, à faire rouler la voiture sur 5.000 kilomètres" en terme d'impact sur l'environnement.

"Tesla a suspendu la possibilité d’acheter des véhicules avec des bitcoins. Nous avons des inquiétudes sur l’augmentation rapide des énergies fossiles qui sont utilisées pour miner des bitcoins et émettre des transactions, en partie le charbon, qui est la pire des émissions", c'est ainsi que s'est exprimé le milliardaire Elon Musk sur son compte Twitter.

Il semblerait que le patron de Tesla, connu pour être un grand promoteur du bitcoin, ait enfin réalisé le coût environnemental de la monnaie numérique. Même si cette monnaie est immatérielle, elle a un bilan carbone négatif. Alors, en quoi le bitcoin est-il énergivore et quels sont les impacts sur l'environnement ?

Des milliers d'ordinateurs tournent 24h/24h :

Pour créer de la cryptomonnaie, il faut faire ce que l'on appelle des minages. Regroupés dans des centres de données géants, ce processus de création consiste à faire tourner des milliers d'ordinateurs 24h sur 24h. Les ordinateurs doivent résoudre des problèmes informatiques très complexes, créant ainsi des espaces de stockage pouvant supporter les transactions de cette monnaie virtuelle.

Mais pour résoudre ces problèmes informatiques très compliquées, cela demande une puissance de calcul importante. Conséquence : une transaction de bitcoin nécessite une grande quantité d'électricité. D'après Lionel Aré, directeur associé au Boston Consulting Group et spécialiste des cryptomonnaies : "une opération, c'est la même chose que faire tourner 5.000 micro-ondes pendant les 10 minutes que prend l'enregistrement de l'opération".

La monnaie numérique émet beaucoup de CO2 :

Cette monnaie virtuelle est donc particulièrement énergivore, d'autant plus que 70% des "fermes de minages" se trouvent en Chine. Dans ce pays d'Asie, l'électricité provient du charbon qui est l'énergie fossile la plus polluante au monde. En 2019, les chercheurs de l'université du Nouveau-Mexique estimaient, avant la récente flambée des prix, que chaque dollar de valeur issu du bitcoin valait 49 centimes de dégâts pour la santé et l'environnement aux États-Unis.

Selon la CBECI - l'indice de consommation d'électricité du Cambridge bitcoin - la consommation annuelle de la cryptomonnaie pourrait atteindre 128 terawatt-heure, ce qui représente 0,6% de la production d'électricité mondiale, c'est plus que la consommation de l'Argentine ou la Norvège. Et cette consommation au bitcoin a été multiplié par 10 en seulement trois ans. Si la monnaie numérique était un pays, elle serait classée 24ème des pays les plus énergivore en électricité.