Immenses incendies en Sibérie : un million et demi d'hectares en fumée

D'énormes incendies balayent la Sibérie depuis des jours, l'une des régions les plus froides de la planète. Selon les autorités locales, l'été 2021 est jusqu'à présent l'été le plus sec et le plus chaud depuis 150 ans, c'est-à-dire depuis que nous avons des données.

En Sibérie, dans le nord-est de la Russie, les flammes ont détruit environ un million et demi d'hectares de forêts. Les incendies, alimentés par une vague de chaleur, qui selon les autorités locales n'avait jamais été enregistrée depuis 150 ans, mettent à rude épreuve toute la région, située en grande partie sur le territoire du cercle polaire arctique. Moscou a ainsi envoyé des équipes de secours par voies aériennes. Ces derniers jours, les flammes, alimentées par la chaleur, se sont approchées des villes de Namtsy et Yert, en Yakoutie.

Les incendies surviennent après des semaines de chaleur record. Celui de 2021 est le deuxième été consécutif au cours duquel la chaleur torride et les incendies ravagent la Sibérie, l'une des régions les plus froides au monde située dans le nord-est de la Russie, confrontée à des vagues de chaleur sans précédent ces dernières années. De vastes incendies se sont également produits l'an dernier. "Nous vivons l'été le plus sec des 150 dernières années en Yakoutie - a déclaré le gouverneur de la région, Aysen Nikolayev - et le mois de juin a été le plus chaud jamais enregistré".

Selon l'agence russe chargée de lutter contre les incendies de forêts, rapporte EuroNews, la situation est encore plus catastrophique en Iakoutie, où 144 incendies sont actifs sur 578.000 hectares. Les incendies sont si étendus que les colonnes de fumée sont bien visibles depuis le satellite, s'étendant sur une centaine de kilomètres portées par les vents. Ci-dessous, les images du satellite européen Sentinel 2, du service Copernicus.

L'aéroport de Yakoutsk, la capitale de Sacha-Yakoutie, a été fermé en raison de la fumée des incendies, qui a envahi la ville, réduisant considérablement la visibilité. D'autres régions de la Sibérie brûlent également, et l'étendue des incendies atteint désormais un total de 1,5 million d'hectares de terres.

En juin dernier dans la capitale russe, Moscou, les températures ont atteint 35°C. Mais même dans la ville de Iakoutsk, considérée comme l'une des plus froides au monde, les maximums étaient très élevés, supérieurs à 34°C. N'oublions pas la température maximale atteinte l'été dernier à Verjoyansk, petite ville qui atteint -60°C en hiver, l'une des plus froides au monde : elle a atteint 37,4°C.

Au cours des dernières semaines, une chaleur record a également touché le Canada, avec des pics « jamais vus » dans certaines régions d'Amérique du Nord, qui ont également alimenté de vastes incendies. Dernièrement, d'ailleurs, on parle de plus en plus en Sibérie de l'urgence liée à la fonte du pergélisol.