Brésil : nouveau record de déforestation dans la forêt amazonienne

Une nouvelle alerte à la déforestation en Amazonie a été enregistrée au cours du mois de juin, selon les données officielles de l'Institut national de recherche spatiale du Brésil.

Avec la déforestation de l'Amazonie, de plus en plus d'espèces animales et végétales sont en danger d'extinction.
Avec la déforestation de l'Amazonie, de plus en plus d'espèces animales et végétales sont en danger d'extinction.

Des rapports mis à jour indiquent qu'un total de 1 062 km² de forêt a été détruit le mois dernier, une superficie presque de la taille de la ville de Rio de Janeiro. Il s'agit d'une augmentation par rapport aux 1043 km² du même mois l'année dernière, a déclaré l'Institut national brésilien de recherche spatiale (INPE), qui utilise l'imagerie satellitaire pour mesurer la couverture forestière.

La superficie totale de déforestation enregistrée montre que 3 609 km² de forêt amazonienne ont disparu au premier trimestre 2021, soit 17 % de plus qu'à la même période l'an dernier. Le chiffre a atteint un niveau record en juin depuis que l'INPE a commencé à collecter des données en 2015.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2019, le président d'extrême droite Jair Bolsonaro a promu la commercialisation de l'Amazonie, qualifiant les ONG qui tentent de protéger la forêt tropicale de "cancer".

Cependant, il s'est récemment engagé à éliminer la déforestation illégale au Brésil d'ici 2030, quelque 10 ans avant l'objectif, bien que les écologistes disent que cette promesse n’est pas sincère. Le mois dernier, le vice-président général Hamilton Mourao a annoncé une opération militaire contre la déforestation amazonienne, son poste étant le deuxième poste le plus élevé du cabinet gouvernemental après le président.

La corruption gouvernementale impliquée dans la déforestation

Début juillet, le ministre brésilien de l'Environnement Ricardo Salles a démissionné après que la Cour suprême a ordonné une enquête sur des allégations selon lesquelles il aurait été impliqué dans un stratagème de trafic de bois.

Il a récemment été remplacé par Joaquim Álvaro Pereira Leite, un allié de l'un des plus grands groupes de pression agricole du pays. Selon ce qui a été dit par divers médias au Brésil, sa famille est impliquée dans un procès contre le peuple indigène Amazónica et contre la protection du territoire indigène Jaraguá à São Paulo, une communauté qui vit dans la région depuis 1940.

Surexploitation de la forêt tropicale brésilienne

Les données sur l'Amazonie brésilienne ont également révélé le pire record de déforestation et de surexploitation des terres liées aux incendies de forêt en juin, de 2007 jusqu’à cette date.

Les observations montrent qu'il y a eu environ 2 308 incendies détectés, soit une augmentation de 2,3% par rapport au même mois l'année dernière. Ces informations montrent clairement la destruction accélérée de la plus grande forêt tropicale d'Amérique du Sud, avec le plus grand nombre d'incendies enregistrés dans ces zones qui appartiennent au Brésil.