Arizona : des incendies hors de contrôle, l'alerte rouge déclenchée

Alors que l'été débute à peine, plusieurs états américains sont la proie des flammes. L'Arizona est particulièrement touché avec plus de 42 000 hectares déjà partis en fumée.

Si les américains se préparent à connaître une saison cyclonique intense dans le golfe du Mexique, les états de l'ouest du continent sont, eux, touchés par une autre catastrophe déjà d'actualité en cette mi-juin. Depuis plusieurs jours, d'importants incendies de forêt et de broussailles se sont déclarés en Californie, dans le Colorado et surtout en Arizona. Au total, ce sont 8 états du Kansas jusqu'au Golden State qui ont été placés en alerte rouge pour un risque important d'incendies ou pour les feux qui se sont déjà déclarés.

L'incendie le plus actif et qui inquiète particulièrement les autorités est le "Bush Fire" qui s'est déclaré en Arizona. Ayant doublé de taille en 24 heures, c'est à la fois le plus grand du pays avec déjà plus de 42 000 hectares détruits mais c'est aussi le plus important de l'année jusqu'à présent. Selon les pompiers, pour l'heure, il n'est contenu qu'à 5%. D'autres feux sont toujours très actifs, c'est le cas du "Mangum Fire", dans le nord de l'état, qui n'est contenu qu'à 3% et qui a déjà parcouru 23 000 hectares de brousse.

Non loin de là, le feu de Big Horn est, pour sa part, contenu à près de 50%. Néanmoins, de nouvelles évacuations ont eu lieu pour mettre à l'abri plusieurs milliers d'habitants. Autre état durement touché depuis quelques heures, il s'agit de la Californie et notamment du secteur de Sacramento. Là aussi, des évacuations ont été ordonnées face à la progression du "Nelson Fire" qui a détruit trois maisons et du "Walker Fire" qui a détruit pour sa part deux bâtiments et qui en menace une cinquantaine d'autres.

Côté météo, l'amélioration se confirme pour cette fin de semaine grâce au retour d'une zone de hautes pressions. Avec cet anticyclone, le vent faiblira nettement et n'attisera plus les flammes, un paramètre jusque-là aggravant et qui complique sérieusement le travail des pompiers. En revanche, les températures repartiront à la hausse d'ici ce week-end. Cette accentuation de la chaleur et la présence d'un air très sec laissent craindre une situation encore difficile sur le front de ces incendies au cours des prochains jours.