Alerte de la NASA : une violente tempête solaire s'apprête à toucher la Terre ! Vers des répercussions importantes ?

La NASA annonce que la Terre sera frappée par une tempête géomagnétique cannibale aujourd'hui (30 novembre) et demain. La tempête géomagnétique atteindra son apogée vers midi vendredi (1er décembre).

La NOAA a mis à jour ses informations mercredi (29), reclassifiant la tempête géomagnétique en catégorie forte G3 pour le vendredi 1er décembre.
La NOAA a mis à jour ses informations mercredi (29), reclassifiant la tempête géomagnétique en catégorie forte G3 pour le vendredi 1er décembre.

Trois, ou peut-être quatre éjections de masse coronale (CME) se dirigent vers la Terre après une série d'explosions sur le Soleil cette semaine.

La plus grande des CME, émise le 28 novembre et de classe M9.8, pourrait balayer certaines des précédentes, moins intenses, formant une CME cannibale capable de déclencher de fortes tempêtes géomagnétiques de classe G3, avec des aurores dans les latitudes moyennes, selon le site spaceweather.com.

Les éjections de masse coronale sont classées selon leur force avec les lettres A, B, C, M et, finalement, X, de la plus faible à la plus forte, respectivement. Ensuite, un nombre est attribué comme sous-classe, chaque lettre étant dix fois plus puissante que la précédente. Ainsi, celles de la classification B seraient dix fois plus fortes que celles de type A ; celles de type C, dix fois plus puissantes que celles de type B ; et ainsi de suite. Dans ce cas, les experts ont classé cette éjection en M9.8, ce qui la place près de la puissance la plus élevée possible, a rapporté le site ABC d'Espagne.

C'est l'Observatoire de la dynamique solaire de la NASA qui a enregistré l'éruption solaire de classe quasi X de la tache solaire AR3500 le 28 novembre à 19h50 UTC.

Comme rapporté par spaceweather.com, une impulsion de rayonnement ultraviolet extrême a interrompu les communications radio à ondes courtes dans le sud de l'océan Pacifique et dans certaines parties des Amériques. Les navigateurs et les radioamateurs ont pu remarquer la perte de signal sur des fréquences inférieures à ~20 MHz pendant jusqu'à une heure après l'éruption.

En ce qui concerne cette CME, lancée directement vers la Terre, le site indique la présence d'un halo de nuages se dilatant dans notre direction à plus de 800 km/s, détecté par le coronographe du satellite SOHO (Observatoire solaire et héliosphérique).

Selon un modèle de la NASA, cette CME atteindra la Terre à midi UTC le 1er décembre.

Si c'est le cas, cela pourrait former une CME cannibale capable de provoquer une forte tempête géomagnétique de classe G3.

Quelles sont les conséquences d'une tempête solaire ?

Pour mesurer les conséquences qu'une tempête solaire peut générer, la NOAA (Administration nationale océanique et atmosphérique des États-Unis) utilise une échelle de 5 niveaux :

  • G1 - Mineur : provoque de légers effets sur les réseaux électriques, de petites fluctuations de puissance et des aurores visibles dans les hautes latitudes.
  • G2 - Modérée : génère des aurores plus étendues et plus larges, des tensions anormales dans les systèmes énergétiques et d'éventuels effets sur les satellites en orbite autour de la Terre.
  • G3 - Forte : a la capacité de causer des fluctuations d'énergie dans les réseaux électriques, des difficultés dans le contrôle du réseau électrique, des impacts sur la navigation par satellite et des aurores visibles dans des latitudes plus basses que la normale.
  • G4 - Sévère : cause des dommages aux systèmes électriques, des interruptions dans la navigation par satellite et dans les communications.
  • G5 - Extrême : le dernier niveau entraîne des pannes dans le réseau électrique, des dommages importants aux transformateurs, des interruptions généralisées des communications et de la navigation par satellite.

Vidéos marquantes