Tendance saisonnière : à quoi doit-on s’attendre cet automne ?

Après des mois de juin, juillet et août plus chauds que la normale, la situation va-t-elle changer avec l’arrivée de l’automne ? Réponse avec les dernières tendances à 3 mois.

Guillaume Woznica Guillaume Woznica 18 Août 2019 - 01:00 UTC
Avec l'arrivée de l'automne, la grisaille ne devrait pas dominer dans un premier temps avec une belle arrière-saison.
Avec l'arrivée de l'automne, la grisaille ne devrait pas dominer dans un premier temps avec une belle arrière-saison.

Si elles peuvent parfois prêter à sourire, les prévisions saisonnières sont néanmoins très sérieuses. Fiables à 60 % en moyenne, elles sont de plus en plus utilisées dans la grande distribution, l’énergie ou encore le tourisme. Les dernières tendances pour l’été réalisées début juin par tameteo se sont avérées exactes avec des mois de juin et de juillet plus ensoleillés et plus chauds que la normales et un mois d’août plus classique, nuageux et relativement humide au nord mais ensoleillé et chaud au sud. Qu’en sera-t-il pour l’automne ? Si dans un premier temps, la sécheresse persistera, des conditions plus perturbées devraient s’installer à partir d’octobre.

Une belle arrière-saison estivale

Dans la continuité d’une dernière décade d’août plutôt chaude et ensoleillée, ce mois de septembre synonyme de rentrée scolaire devrait connaître une situation de blocage avec un anticyclone s’étirant des Açores jusqu’à l’Europe Centrale. Dans ces conditions, les perturbations seront rejetées vers le nord des îles britanniques et la Scandinavie. Les précipitations s’annoncent donc déficitaires sur l’ensemble du territoire avec des régions s’étendant du sud-ouest aux Alpes et au Grand Est plus touchées et où la sécheresse va ainsi continuer de s’accentuer.

Ces hautes pressions maintiendront un temps plus ensoleillé que la normale sauf en bord de Manche où les nuages seront parfois un peu plus présents, avec là des chiffres dans les moyennes. Côté températures, elles seront sans surprise supérieures aux valeurs dites de saison sans toutefois atteindre les niveaux exceptionnels de la fin juin ou de la fin juillet. L’excédent sera homogène, de l’ordre de +1 à +1,5°C avec un ou deux pics de chaleur encore envisageables.

Après un mois d'août contrasté, Paris devrait renouer avec de belles conditions pour le mois de septembre.
Après un mois d'août contrasté, Paris devrait renouer avec de belles conditions pour le mois de septembre.

Les pluies de retour en octobre

La sécheresse devrait commencer à régresser au cours du mois d’octobre où les pluies - également très importantes à cette période de l’année pour les nappes phréatiques - s’annoncent plus abondantes que la normale. Ce sera le cas dans le golfe du Lion où des épisodes cévenols sont à craindre mais aussi dans toute la moitié ouest. L’ensoleillement sera légèrement déficitaire ou proche de la norme tandis que la douceur restera d’actualité avec un flux souvent orienté au secteur sud-ouest. L’anomalie sera plus faible que le mois précédent, de l’ordre de +0,5 à +1°C.

Cette même douceur pourrait bien caractériser le mois de novembre avec un excédent de l’ordre de 1°C en moyenne sur l’ensemble du pays. Avec un flux orienté généralement à l’ouest-sud-ouest, les perturbations venues de l’océan seront également fréquentes et arroseront particulièrement une large moitié nord. Le temps sera en revanche plus sec dans les régions méridionales avec là, un déficit de précipitations faible à modéré. Cette tendance douce et humide devrait également se maintenir pour le dernier mois de l’année, synonyme ainsi d’un début d’hiver sans risque de neige en plaine. À confirmer évidemment...

Publicité