Alerte neige : un épisode "remarquable" attendu ces prochaines heures

Les inondations cèdent leur place à la neige en ce début de semaine. Alors qu'une masse d'air polaire s'invite par le nord du pays, une perturbation va engendrer un épisode neigeux notable, d'abord en Bretagne puis vers les régions centrales, l'Île-de-France et le nord-est entre mardi et mercredi.

Tous les départements bretons seront touchés par un épisode de neige remarquable ce mardi (image de Brest).
Tous les départements bretons seront touchés par un épisode de neige remarquable ce mardi (image de Brest).

Après la douceur, voici le froid ! Et lorsque celui-ci rencontre de l'humidité, cela génère des chutes de neige. C'est ce qui va se produire entre mardi et mercredi, au contact d'une masse d'air d'origine polaire descendant du Benelux et d'une perturbation atlantique traversant le pays. Ainsi, c'est la neige qui tombera dans les régions septentrionales, là où les températures seront négatives le matin et à peine positives en cours de journée. Plus au sud, il s'agira en revanche de pluie en raison d'une certaine douceur qui résistera. Cette météo hivernale persistera d'ailleurs jusqu'au week-end prochain, en particulier dans les régions de la moitié nord.

10 à 15 cm de neige en Bretagne, attention aux congères

Dès la matinée de mardi, la perturbation neigeuse abordera le littoral du sud de la Bretagne. En cours d'après-midi, les chutes de neige se généraliseront à toute la région et gagneront également la Mayenne, la Sarthe, la Touraine ainsi que le nord de la Loire-Atlantique et du Maine-et-Loire. Avec des températures proches de 0°C, la neige tiendra sans difficulté sur toutes les surfaces, y compris sur les routes. En début de soirée, les précipitations s'intensifieront, tout en progressant vers le sud de la Normandie, la Beauce et la région parisienne. Dans la nuit de mardi à mercredi, l'axe neigeux s'étirera du nord de la Bretagne jusqu'au sud de la région Grand Est, en passant par l'Île-de-France.

Il faut remonter jusqu'en février 1986 pour retrouver un épisode neigeux plus conséquent et touchant l'ensemble de la Bretagne...

Mercredi matin, la perturbation concernera uniquement le quart nord-est, avant de s'évacuer en direction de l'Allemagne. Pendant ce temps, des averses neigeuses pourront se maintenir quelques heures encore sur le nord du Finistère et les Côtes-d'Armor. Au cours de l'épisode, les cumuls atteindront généralement 5 à 10 cm en Bretagne, jusqu'à 15 cm sur le nord de la région et entre 3 et 7 cm dans les autres départements concernés, localement 10 cm à proximité des reliefs. C'est un épisode neigeux remarquable pour la Bretagne qui sera touchée en totalité, le plus important depuis mars 2013 mais en regardant à l'échelle régionale, il faut remonter jusqu'en février 1986 pour retrouver un épisode plus conséquent et touchant l'ensemble de la Bretagne.

Paris et l'Île-de-France également touchées

En prévision de ces intempéries, le préfet de la région Bretagne a décidé qu'aucun car scolaire ne circulera sur l'ensemble de la région pour toute la journée car « si les trajets allers pouvaient être assurés, les trajets retours étaient trop risqués ». Bien que moins touchée, l'Île-de-France sera également concernée mais plutôt en soirée et durant la nuit de mardi à mercredi. L'axe neigeux abordera la région vers 20h par le sud des Yvelines et l'Essonne et gagnera Paris entre 21h et 22h. Les précipitations quitteront ensuite le bassin parisien par la Seine-et-Marne entre 6h et 7h du matin, en ayant laissé une couche de l'ordre de 3 à 8 cm, du nord vers le sud de la région. La prudence devra également être de mise mercredi matin car le risque de verglas s'annonce important après le passage de la dégradation en raison des températures fortement négatives.

Au cours de cette dégradation, un paramètre aggravant sera à prendre en compte : il s'agit du vent de nord-est. Soufflant jusqu'à 80 km/h en rafales sur les côtes nord-bretonnes et 50 à 60 km/h dans les terres de la région, des accumulations pourront se former. Des congères de plusieurs dizaines de centimètres sont ainsi à craindre et pourront compliquer encore un peu plus les conditions de circulation, y compris sur les grands axes.