Que se passe-t-il lorsque la foudre frappe un gratte-ciel ?

Les violentes intempéries des dernières heures ont laissé des images aussi spectaculaires que celles-ci, dans lesquelles la foudre frappe un gratte-ciel déclenchant une pluie d'étincelles et de matériaux incandescents.

Ces dernières heures, il y a eu de fortes intempéries sur une bonne partie du territoire péninsulaire, mettant en évidence certains systèmes qui se sont déplacés à l'intérieur du sud-est et sur la côte méditerranéenne. L'un d'eux est arrivé à Benidorm dans la Communauté valencienne dans la nuit, où une puissante décharge s'est abattue directement sur le toit d'un immeuble de grande hauteur.

La foudre n'est rien de plus qu'une décharge électrique qui est générée entre deux points de potentiel (tension) différent, égalisant les charges. Ces différences de potentiel dans une tempête peuvent dépasser 100 millions de volts. Bien que l'air soit un isolant électrique, il est incapable de maintenir un tel gradient de potentiel et finalement une rupture diélectrique se produit. Lorsque cela se produit, un canal conducteur se forme à l'état de plasma à travers lequel circule un courant de dizaines, voire de centaines de milliers d'ampères, chauffant l'air à des températures extrêmes, autour de 30 000 ºC, devenant visible et très brillant.

Dans le canal conducteur de la foudre, l'air peut atteindre des températures de 30 000 ºC, devenant visible et très lumineux. À ces températures, le matériau sur lequel il frappe fond ou bout instantanément.

Lorsque la foudre frappe un objet, comme dans ce cas, le courant qui le traverse peut l'échauffer extrêmement, surtout si le matériau est un mauvais conducteur d'électricité et offre une résistance à son passage. À ces températures, le matériau fond ou même bout instantanément, comme c'est le cas avec la corniche du bâtiment, qui déclenche une pluie d'étincelles et de matière fondue qui tombe au sol. Évidemment, la foudre présente un danger extrême et sa chaleur, son onde de choc et ses décharges électriques secondaires peuvent causer des blessures graves même à des dizaines de mètres de son point d'impact, il est donc toujours conseillé d'éviter les points à risque tels que les zones surélevées, les poteaux et les arbres.