tameteo.com

Pourquoi la saison cyclonique devrait-elle être moins active que prévu ?

Malgré une accalmie apparente, les grandes institutions internationales s'attendent toujours à ce que 2022 connaisse une saison des ouragans plus active que d'habitude. Cependant, l'activité prévue dans ces nouvelles prévisions a diminué par rapport aux prévisions de la saison précédente.

La saison des ouragans 2022 semble actuellement très calme, mais les prévisions indiquent toujours qu'elle pourrait être plus active que d'habitude !
La saison des ouragans 2022 semble actuellement très calme, mais les prévisions indiquent toujours qu'elle pourrait être plus active que d'habitude !

Bien que nous sommes déjà dans la période d'activité maximale des cyclones tropicaux de la saison de l'Atlantique Nord, qui se produit entre la mi-août et septembre, la saison 2022 est pour l'instant très calme, allant à l'encontre des prévisions initiales qui indiquaient une activité des tempêtes tropicales supérieure à la normale.

D'un point de vue climatologique (moyenne de la période de 1991 à 2020), la saison de cette année n'est pas si calme. Généralement, la quatrième tempête tropicale nommée de la saison ne se produit pas avant le 13 août et le premier ouragan de l'année ne se produit pas avant le 11 août. Jusqu'à présent, nous avons eu 3 tempêtes nommées, aucune d'entre elles n'a atteint la catégorie d'ouragan, étant un peu en retard sur la climatologie.

Ce qui est frappant, c'est que ces 3 tempêtes n'ont pas été très intenses et n'ont pas eu beaucoup d'impact. La dernière tempête, Colin, a passé toute sa durée de vie de 24 heures en tant que tempête tropicale mineure au large de la côte est des États-Unis. Avant Colin, Alex et Bonnie ne devenaient des tempêtes qu'après de longues périodes en tant que perturbations potentielles. La perturbation qui a donné lieu à la tempête Alex a provoqué des pluies torrentielles à Cuba, où quatre personnes sont mortes, et des inondations dans le sud de la Floride.

Que se passe-t-il avec la saison de cette année ?

Les prévisions de début de saison ont pris en compte la présence de La Niña et des eaux plus chaudes que la normale dans l'Atlantique Nord comme facteurs susceptibles de stimuler l'activité des cyclones tropicaux. Bien que certaines de ces conditions aient effectivement existé, comme dans le cas de La Niña, les cyclones n'ont pas réagi comme prévu.

L'un des facteurs qui semblaient inhiber la formation d'ouragans était les transports successifs d'air sec et de poussières du désert du Sahara, qui se sont produits fréquemment ces dernières semaines. Ce panache de poussière au-dessus de l'Atlantique crée un environnement plus sec et défavorable à la formation d'ouragans.

De plus, dans certaines parties de l'Atlantique Nord, il y a eu un refroidissement des eaux de surface, ce qui n'était pas prévu en début de saison. Les eaux chaudes sont le principal combustible pour la formation et le développement des cyclones tropicaux.

Qu'indiquent les nouvelles prévisions ?

Malgré l'accalmie actuelle, de nouvelles prévisions publiées ce mois-ci indiquent toujours que la saison cyclonique 2022 sera plus active que d'habitude. Cependant, l'activité prévue a diminué par rapport aux prévisions faites plus tôt dans la saison !

Les principaux centres de prévision continuent de miser sur une saison plus active qu'à l'accoutumée, malgré une légère diminution du nombre de tempêtes par rapport aux premières prévisions. La Niña reste le principal phénomène météorologique à l'origine de cette prévision d'activité cyclonique supérieure à la moyenne !

La Colorado State University (CSU), dans sa dernière mise à jour, prévoit un total de 18 tempêtes nommées, dont 8 devraient devenir des ouragans et 4 ouragans majeurs (catégorie 3 ou plus), avec une réduction de deux tempêtes et deux ouragans en comparaison aux prévisions avant le début de la saison.

La NOAA a également légèrement diminué le nombre de tempêtes dans les nouvelles prévisions, prévoyant 14 à 20 tempêtes, dont 6 à 10 devraient devenir des ouragans et 3 à 5 ouragans majeurs. Ces prédictions prennent déjà en compte les 3 tempêtes Alex, Bonnie et Colin. Malgré la baisse par rapport aux prévisions précédentes, ces chiffres restent légèrement au-dessus de la moyenne de 1991 à 2020 : 14 tempêtes, 7 ouragans et 3 ouragans majeurs.

La Niña reste le principal facteur climatique à l'origine de cette prévision d'activité accrue des cyclones tropicaux, en plus de la persistance d'eaux plus chaudes que la normale dans certaines régions de l'Atlantique Nord.