Orages lundi : 15.000 éclairs et… des vaches sur la voie express !

La dégradation orageuse annoncée pour lundi soir et la nuit suivante a bien eu lieu avec à la clé une forte activité électrique, des pluies localement intenses et de fortes rafales de vent.

La perturbation à l’origine de cette dégradation orageuse a abordé le littoral aquitain en cours de soirée de lundi avec une activité électrique marquée, comme en témoignent les nombreuses webcams installées sur les plages de l’Atlantique, que ce soit à Biarritz, Hendaye, Capbreton ou encore Arcachon.

Ces orages ont rapidement circulé pour gagner l’intérieur des terres, depuis les Charentes jusqu’aux Pyrénées, en passant par l’agglomération bordelaise. Au cours de la soirée, près de 15.000 éclairs ont été enregistrés. Les départements les plus foudroyés ont été la Gironde, les Landes et les Pyrénées-Atlantiques, 3 départements qui avaient été placés en vigilance orange.

Dans ce quart sud-ouest, les cumuls de pluies sont restés faibles tandis que les rafales de vent ont été parfois puissantes. Elles ont généralement atteint 70 à 80 km/h avec malgré tout une bourrasque qui a soufflé à 103 km/h à Belin-Béliet, dans le sud de la Gironde. Conséquence de cette dégradation, les températures ont fortement chuté. Après les 33 à 35°C relevés lundi après-midi, il faisait encore plus de 27°C à 22h à Biarritz mais après le passage des orages, les thermomètres ont chuté de plus de 10°C en quelques minutes !

Ces orages ont poursuivi leur route plus au nord, en direction du Poitou, de la Vendée et de la Bretagne. Si l’activité électrique a été nettement plus faible dans ces régions, ce sont en revanche les pluies qui ont été copieuses. Les cumuls ont localement dépassé les 30 mm entre la Loire-Atlantique et l’Ille-et-Vilaine. La palme revient au département du Finistère avec jusqu’à 42 mm relevés dans le secteur de Quimper, ce qui correspond à deux semaines de pluie en quelques heures à peine.

Si les dégâts sont restés limités avec cette dégradation, l'orage a tout de même effrayé un troupeau de vaches dans le nord-Finistère. Une trentaine d’entre elles s’est alors échappée vers la Nationale 12, entre Saint-Servais et Guipavas. Résultat, une belle pagaille sur la quatre voies pendant quelques heures !