Le CO2 approche des niveaux jamais connus par l'homme

Le COVID-19 a donné de l'optimisme à beaucoup de gens qui pensaient que les émissions mondiales de C02 diminueraient. Malgré une baisse sensible pendant le confinement, la quantité de dioxyde de carbone dans notre atmosphère augmente et approche des niveaux d'il y a plusieurs millions d'années.

CO2
Les niveaux actuels de CO2 sont proches de records jamais vus par l'homme. Nous sommes actuellement à près de 414 ppm.

Pendant la pandémie, avec l'arrêt mondial de presque toutes les activités et la période de confinement, plusieurs rapports ont fait état d'une amélioration de la qualité de l'air. Cependant, personne ne doit penser que la crise climatique est terminée ou qu'elle s'approche d'un nouveau point d'équilibre, loin de là.

Les niveaux de CO2 seront équivalents à ceux du Miocène

Selon les auteurs d'une étude, la quantité actuelle de dioxyde de carbone dans notre atmosphère n'avait pas été observée depuis 15 millions d'années. On estime que d'ici 2025, le niveau de CO2 passera à 427 parties par million -ppm-, une valeur observée au Miocène il y a 15 millions d'années, où les températures étaient entre 3 et 4°C plus élevées qu'aujourd'hui et le niveau de la mer était de 20 mètres au-dessus de ce qu'il est actuellement.

La valeur du dioxyde de carbone sera très proche du moment où nos ancêtres se sont séparés des orangs-outans et sont devenus des hominidés bipèdes, mais comment est-il possible de savoir tout cela ? L'équipe de chercheurs de l'Université de Southampton a étudié le CO2 pendant le Pliocène, en utilisant les niveaux de bore dans de petits fossiles de la taille d'une tête d'épingle trouvés dans la mer des Caraïbes.

Tous les tests et études ont conclu que la valeur actuelle du dioxyde de carbone est d'environ 414 ppm, ce qui montre que nous sommes déjà à des niveaux qui, dans le passé, étaient associés à des températures et des niveaux de la mer nettement plus élevés qu'aujourd'hui.

Le CO2 dans l'atmosphère ne cesse d'augmenter

Actuellement, nos niveaux de dioxyde de carbone augmentent. Chaque année, la hausse est d'environ de 2,5 ppm, ce qui signifie que dans cinq ans, nous aurons dépassé tout ce qui a été vu au cours des 3,3 millions d'années.

Aujourd'hui, nous avons un défi énorme que nous devons relever. Depuis l'accord de Paris, il s'agit de maintenir une augmentation de la température globale au cours de ce siècle en dessous de 2°C par rapport à la période préindustrielle. Nous n'avons jamais eu de meilleure opportunité. La pandémie COVID-19 a généré des avantages environnementaux inhabituels : un air, des mers et des océans plus propres ainsi que des émissions de carbone plus faibles.

CO2
Moyenne journalière des quatre observatoires de référence : Barrow (bleu), Mauna Loa (rouge), Samoa (vert) et Pôle Sud (jaune).

Le COVID-19 pourrait-il arrêter l'augmentation du CO2 ?

L'arrêt donné par le coronavirus a donné de l'optimisme à beaucoup de gens qui pensaient que les émissions mondiales totales seraient réduites sur le long terme. Il est vrai que le trafic routier, terrestre, maritime et aérien, a fortement diminué. L'activité industrielle mondiale a également chuté de façon spectaculaire dans la plupart des régions du monde depuis janvier 2020.
Ce grand changement que nous avons vécu nous oblige à modifier le modèle énergétique. Les incendies de forêt augmentent, ainsi que leur gravité et leur probabilité. Sans changement dans la production mondiale d'énergie, nous ne devrions avoir aucune raison de nous attendre à une réduction durable des émissions.