tameteo.com

Guerre en Ukraine : la hausse des radiations à Tchernobyl inquiète

Les autorités ukrainiennes ont signalé une augmentation des lectures de rayonnement de la zone d'exclusion de Tchernobyl après l'invasion des troupes de Biélorussie. Les lectures inquiètent les experts, qui mettent en garde contre une possible catastrophe environnementale.

tchernobyl
Les autorités ukrainiennes ont signalé une augmentation inquiétante des niveaux de rayonnement de la zone d'exclusion de Tchernobyl suite à l'invasion des troupes russes. (photo : Chris Wanders)

Alors que l'invasion russe de l'Ukraine se poursuit, il n'a pas fallu longtemps pour que les troupes atteignent le territoire de la centrale nucléaire de Tchernobyl, connue pour sa catastrophe de 1986. Après la prise du territoire, une augmentation des mesures de rayonnement a inquiété les experts.

Les responsables ukrainiens ont signalé que les troupes biélorusses avançaient dans la région et avertissent que le simple passage de véhicules militaires pourrait soulever des déchets nucléaires du sol de la zone d'exclusion - une région de 2600 kilomètres carrés autour du centre de la catastrophe nucléaire de 1986.

Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a déclaré qu'une attaque russe contre la région pourrait provoquer une autre catastrophe écologique. L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) explique que les niveaux de radiation restent acceptables à Tchernobyl, mais surveille de près la situation et appelle à la prudence dans la zone d'exclusion.

La catastrophe nucléaire de 1986 peut-elle se répéter ?

L'accident de Tchernobyl de 1986 était le résultat d'une conception de réacteur ratée, exploitée par du personnel sans formation adéquate. L'explosion de vapeur et les incendies qui en ont résulté ont libéré des matières radioactives dans l'atmosphère, qui se sont ensuite déposées dans diverses parties de l'Europe.

À l'époque, deux travailleurs sont décédés des suites de l'explosion et 28 autres personnes des suites des effets des radiations. Environ 350 000 personnes ont été évacuées et on estime que l'événement a été responsable de 5 000 cas de cancer de la thyroïde dans les années suivantes.

En plus de Tchernobyl, l'Ukraine possède 15 autres réacteurs nucléaires dans quatre centrales qui alimentent plus de la moitié du pays. Parmi ces installations figure la plus grande centrale nucléaire d'Europe, celle de Zaporizhzhia, située à environ 200 kilomètres de la zone de combat du Donbass et qui pourrait bientôt être en première ligne du conflit.

Pour aggraver les choses, les radiations ne sont pas le seul risque. Selon Richard Pearshouse d'Amnesty International à Genève, l'est de l'Ukraine est hautement industrialisé, avec de très nombreuses usines chimiques, des mines en ruine et de nombreuses centrales thermiques.

Les combats injustes et terribles menés par la Russie pourraient également provoquer une catastrophe environnementale. Cela pourrait encore exacerber la terrible crise humanitaire que l'invasion russe provoque déjà en Ukraine.

Jusqu'à présent, les forces ukrainiennes et russes semblent travailler ensemble pour garder la situation dans le réacteur sous contrôle. Alors qu'il serait possible de réduire le risque potentiel en fermant les réacteurs nucléaires, plus de 50 % de l'énergie électrique ukrainienne dépend de l'énergie nucléaire, et l'arrêt de son exploitation aggraverait, encore une fois, la crise humanitaire.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) évalue que les lectures, à 9,46 micro sieverts, se situent dans la plage opérationnelle de la zone d'exclusion, mais a ajouté qu'il est d'une importance vitale que l'exploitation sûre des installations nucléaires se poursuive et ne soit pas affectée ou interrompue de quelque manière que ce soit.‎